Outre-Blanc en version américaine Mars 2018 : préface de Bernard Werber et Jean-Claude Dunyach

Couverture de Outre-Blanc

La traduction de L’Outre-blanc en américain par Sheryl Curtis avance à raison de 5 chapitres par semaine.

La publication aux États-Unis est prévue pour Mars 2018 chez Black Coat Press.

http://blackcoatpress.com/forthcoming.html

http://blackcoatpress.com/forthcoming-outre-blanc.html

En attendant, voilà déjà la traduction de la préface coécrite par Bernard Werber et Jean-Claude Dunyach.

Nos préfaciers : Jean-Claude Dunyach et Bernard Werber

 

Jean-Claude Dunyach: One thing struck me when I read « Outre-blanc« , as well as your books too: you love to go beyond the impassable barriers, where no one has gone before you. Beyond death, beyond the depths of sleep and, in this case, beyond the borders of the universe… Science fiction has already sent us into space, far from Earth, sometimes even beyond our galaxy, but there we shift squarely into metaphysical fiction. Where does this desire to cross over the last barriers come from?

 

Bernard Werber: In the past, science fiction thought we were going to be saved, or at least revolutionized, by machines. Think of Jules Verne, or H. G. Wells. But in the fifties and sixties, a science fiction appeared that began to say: it is not machines that will revolutionize the world, it is our brains, it is our thoughts, our ways of viewing reality. For me, there are three, in order thar started to introduce this kind of ideas: Asimov with psycho-history, where history is conditioned by psychology, which is a way of rethinking it; then Frank Herbert with his reflection on religion and spirituality as forces reshaping the world; and finally Philip K. Dick, with his reflection on the madness and limits of our perception. These are truly three revolutions in thought and not technology. With that, we could cross through all the barriers.

 

Jean-Claude Dunyach: There were also all literature, comics, the films… dedicated to mutants, superpowers. This also opened up possible paths for free ourselves from our limits.

 

Bernard Werber: That too. In any case, we have more or less admitted that we will not be saved by machines, because technology is also the atomic bomb and greenhouse gases. Even if rockets carry us to other planets, we start from the principle that things are generally usually worse there than here. Computers, rockets, nuclear power, all these demonstrations of power will not save us.

What will save us –because we want to be saved– is our way of perceiving the world. Our way of dreaming.

And this perception is limited by death… So, there is a new science fiction that appears to be banging its head against this border, which is truly the ultimate border. As much as one can imagine that, in physical space, we will eventually understand everything, or at least have a good vision of things and a far-reaching view, as far as the afterlife is concerned, we must perhaps admit that we will never understand what is going on there and that one will never know anything about it. So, it is an extraordinary and irreplaceable topic for novels.

 

Jean-Claude Dunyach: I agree with you on the principle. But all these places, the beyond, the sixth sleep you mention in your last book, are uncharted places. We receive nothing, no reliable information reaches us from the beyond (I’m stting aside ghosts and other spiritual manifestations which I don’t believe in). Of course, religions have mapped, to some extent, the path that leads to it I’m thinking of the Egyptian Book of the Dead or the Tibetan Bardo, but once there, you literally have to imagine everything… Is it this challenge that appeals you? Or the total freedom that it gives you? The fact that we will never be contradicted, that we can’t get it all wrong?

 

Bernard Werber: It’s true that writers have an advantage over scientists because we never have to prove what we talk about. We just have to propose a credible explanation or scenario, a path the reader will agree to take with us. As you say, this is an uncharted path, which is perfect for the imagination. The work of the novelist consists in saying: since there are no beacons, let’s invent them, let’s act as if we were able to make the journey. Our status as an author legitimizes our role as a pioneer in this world.

Now, as there are no limits in the interpretation of what may come after death, we must not let ourselves get carried away by this whirlind of possibilities and we must make our way with a great deal of rigor. The Tibetan or Egyptian books of the dead are handbooks with extremely precise descriptions. You will reach this or that territory, you will meet this or that divinity, which is described and drawn, your soul will be weighed on a large scale against a feather… All this is very technical and I believe that the science fiction author must reproduce an approach that is as precise as that of the Egyptian or Tibetan book of the dead. Above all, he must not become delusional.

One of the great dangers of science fiction is that everything is possible at the outset. Above all, this freedom must not be abused. For my part, and I know that you work like this too, I base my work on actual myths, on shamanism, on everything that can be known as explorations of the invisible world. So, even if our message is original, it remains linked to what has been produced by other people who have thought about such matters before us and who have established their own beacon. We don’t have a territory created randomly, there is already something similar to maps, even if they are inaccurate.

 

Jean-Claude Dunyach: If you want to face the inexpressible, where science has not charted anything, where the reader has no landmarks, you have to know how to be an explorer, cartographer and popularizer, all at the same time. As Oksana and Gil have done for that matter. You said it yourself, it takes rigor. How do you keep from misleading those who read you in these strange territories?

 

Bernard Werber: We need to talk to them about imaginary worlds as we would a new continent. That’s what I did for the Thanatonautes. I relied on Christopher Columbus discovering America and I imagined the same mechanism. We land on a beach, we head into a forest, we discover a clearing… I just replaced the beach, the forest, clearings, with levels of consciousness in the world of the afterlife. I also used Dante’s Divine Comedy as a landmark. In fact, there is an enormous map of Paradise and Hell. They have been described in many religious or mythological texts, in epics. It is often very precise. Take Greek mythology: we are familiar with the description of Tartarus, there is the Styx, Charon who will take your soul across in his boat, for a fee of course, Cerberus the three-headed dog of the underworld…

 

Jean-Claude Dunyach: as you present it’s almost like a TV report?

 

Bernard Werber: Maybe not, we have to use our imagination, but at least we have very precise descriptions. Someone who does a little research, even on a subject as bizarre and esoteric as death and the beyond, will find a lot of information, very detailed assumptions. I try not to mislead the reader, I say to him: « See, you already knew all this, you learned it at school or from books, you saw paintings in museums, you look at them like something imaginary, now I suggest you see it as a possibility. »

Then, the second approach, apart from myths and religions, is to use science. We have scientific theories, machines that analyze brain function, which helps us to explore our sleep, which materializes our alpha, theta waves and son on. There are also the beginnings of a map, or at least landmarks.

I use both, simultaneously. As a result, my readers who are of a more scientific bent can find landmarks that suit them and those who are more mystical in nature can also find some. The important thing is to leave nothing « in floating ». The reader is directed, there is a left and a right, a scientific map and a mythological one. And in the middle there is the reader’s personal intuition, depending on whether he has had experiences with the hereafter or with particular states of consciousness, depending on whether he has lost a loved one and has the impression that that person is still there and to him… The very idea of ​​the hereafter resonates differently for each reader and we must give the reader the means to find himself there.

I believe that each book is a mirror that allows the reader to be conforted in his convictions and occasionally to develop them, to enrich his intuitions with what the writer proposes to him. But we need a starting point, a seed of curiosity on the reader’s part. I don’t believe it is possible to have a reader who completely ignorant of the subject and who says at the end of a book like Thanatonautse: « I’m convinced, I have become a believer, I believe in the existence of heaven and hell… » I don’t see it at all like that. If he’s already on the path, some books can help him travel faster and farther. If he is resistant to this kind of approach, he will either feel like he is reading a fairy tale or he will be bored. And he will never get lost, which is the first step.

 

Jean-Claude Dunyach  What you say strikes me, with respect to the book by Oksana and Gil. The characters in « Outre-blanc » also start to lose their way; more exactly, they are captured and dragged outside the maps, beyond the reach of surveillance systems and satellites. They are lost in the heart of the Amazon rainforest, one of the places on Earth where it is easiest to disappear. They are scientists, some collapse, others find unsuspected resources in themselves. But each of them experiences it as the beginning of the loss of self.

And that, literally speaking, also involves voluntarily misleading the reader… By warning him: « From now on, we will have to make the maps we need together. And for that, I need you to trust me. « This requires a certain state of mind when writing, doesn’t it? There is a jubilant side, at least from my point of view, in telling the reader : « I’m going to take you out of your comfort zone and lead you to a place where sensations, perceptions, the very idea you have of reality, will evolve. And you’ll have to do the same ». And that also means that the characters we create to explore this type of universe are unique. This is something that has always struck me in your novels: your heroes are endowed with an immense sense of curiosity, they want to know. This is a reflection of what you are, it’s the same for me with my own characters. They say to themselves: whatever happens to me, at least I learned something.

 

Bernard Werber: This also means that the reader must have a certain amount of courage to get into this kind of book and stay with it to the end. I see the writer as someone who is on the edge of the forest and who says to the reader: « Come on, I’ll take you by the hand and we’ll cross through it together. » And the reader says to himself: « Wait, in the forest there are wolves, snakes, all kinds of dangers… » But the writer replies: « As long as I’m there, you risk nothing. » This is a reading contract based on trust.

At that moment, the reader says to himself: « I want the forest to surprise me, to frighten me, it’s the game, but the author must not let me down. He must explain what is happening and protect me at the same time. » There are forests where the reader can go astray, get completely lost, there are forests where he can be bored or understand nothing. And the reader can also say to himself: « I should never have come here, this place is too dangerous… » He will wonder if he has enough strength to turn around and find his way, amid the terrifying noises that come from all sides at once, from above him… He is afraid of everything the author has helped him imagine.

This is the principle of the forest. And the author tells the reader: « Let’s keep going, you’ll see, it will please you. « You’ll see, it will please you » is what keeps the reader in suspense, but it is also a contract that can go wrong. The reader may have the impression that the author has lied to him, that the place where he is taking the reader is not going to suit him at all. That’s the risk. But, at the same time, it means that a bond has been created between them, the start of a complicity that the author will strive to make stronger.

That is where we authors feel pressure. There is no Writer’s Association that makes sure the author has done his job well, there is no writing code of ethics, it’s really a one-on-one contract. At any given moment, we must find a way of convincing our reader to turn another, to accompany us a longer. We are all guides in dark forests, but we each have our own.

 

Jean-Claude Dunyach: It’s true that sometimes you take strolls during which, if someone did not hold your hand, you would run away. Yet, when you come out on the other side, you say « Wow! I’m annoyed, but it was worth it. »

 

Bernard Werber: A good novel is a baptism. An initiation. The interest in taking walk, beyond being surprised, is that we come out of it transformed. Someone sleeping learned to dream. Someone who knew nothing, learned to know the forest. And he will be able confidently set out to cross through darker, more dangerous forests.

That’s it initiation by book. And it is a real joy for us writers to bring forests into being. And to stroll through them with our readers…

 

 

Bernard Werber and Jean-Claude Dunyach 2015

Présentation de L’Outre-blanc lors d’un salon et avec de futurs lecteurs.

Publicités

Nos 5 nouveaux romans

cinqnouveauxavecphotosoksetgil avec titre
Quelques informations concernant nos 5 nouveaux romans qui paraîtront à partir de 2018.
Le premier : Tomyris et les Hydres du Thrënodium est la suite de Tomyris et le labyrinthe de cristal. C’est un roman de Fantasy historique. Nous venons de le terminer.
Le second : L’or des abîmes est un roman historique qui se déroule pendant la grande Peste noire qui tua plus du tiers de la population européenne entre 1348 et 1352. Nous sommes en train de l’écrire.
Le troisième : Nyx et Thanatos est le second volet de la trilogie de SF commencée avec Zalmoxis.
Le quatrième : Le Temps pétrifié est un roman qui ne ressemble à aucun autre car il se situe en-dehors de l’Espace et du Temps…
Le cinquième : Le testament de la lumière est le dernier opus de notre trilogie de SF avec, à la fin, un « crossover » avec Cathédrales de brume, notre tout premier roman.
Les visuels sont donnés à titre indicatif.

Gil et Oksana présentant L’Outre-blanc et Zalmoxis

deuxnouveauxromans 2145 1692 divisé gauche

Tomyris et les Hydres du Thrënodium : Fantasy

L'or des abîmes 1692

L’or des abîmes : roman historique

2 Oksana et Gil Prou 800

Gil et Oksana

deuxnouveauxromans 2145 1692 divisé droite

Nyx et Thanatos : Science-Fiction

le temps pétrifié

Le Temps pétrifié : roman inclassable…

1 800

Oksana et Gil

zzzz le testament de la lumière 3 avec titre 2145 1692

Le testament de la lumière : Science-Fiction

L’Outre-Blanc en version US en Février 2018

outreblanc01 plus grand version 2

Couverture de Outre-blanc, la version américaine de L’Outre-blanc

L’Outre-Blanc paraîtra aux US en Février 2018 aux Éditions Black Coat Press : http://blackcoatpress.com/
Traduction : Sheryl Curtis.
présentation doublée 1388 de haut

L’Outre-Blanc en français et en américain

Nos préfaciers : Jean-Claude Dunyach et Bernard Werber

03 un peu moins large

Présentation de L’outre-Blanc l’année dernière lors d’un salon

Notre neuvième roman : Tomyris et les Hydres du Thrënodium

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaffiche

Nous venons d’achever l’écriture de notre neuvième roman : Tomyris et les Hydres du Thrënodium.

C’est le second volet d’une trilogie qui commença avec Tomyris et le labyrinthe de cristal (présenté en 2013 – photo à gauche prise lors des Imaginales).

Titre du prochain et dernier opus : Tomyris et les Arches ignivomes.

Voilà la présentation de cette intrigue :

Après avoir aidé la reine Tomyris à vaincre Cyrus le Grand, Ozzymandra et ses compagnons ont franchi le labyrinthe de cristal. Arrivés sur Lysimakia, ils découvrent un univers complexe où quatre cités-États se querellent sans cesse.

Comment survivre dans un monde où des hydres géantes et des griffons sont la clef de voûte de combats titanesques ?

Comment côtoyer des scribes-célestes qui calligraphient les nuages et des peintres-démiurges qui architecturent le néant sans se demander à chaque instant si l’on rêve ou si la réalité est simplement différente ?

Comment vivre et mourir lorsque des expériences insensées sont sur le point d’aboutir en utilisant le potentiel infini de méduses biologiquement immortelles ?

Mais ces interrogations ne peuvent masquer une réalité affolante. Le danger rôde. Apophis, un prêtre déviant, veut imposer sa loi tyrannique à la surface de Lysimakia. Pour assurer son hégémonie, il est prêt à s’associer avec des créatures lucifériennes qui dévasteront les quatre royaumes et esclavageront leurs populations.

L’union doit se faire. Vite.

Mais la seule issue possible est ailleurs. Très loin…

Öèôðîâàÿ ðåïðîäóêèÿ íàõîäèòñÿ â èíòåðíåò-ìóçåå Gallerix (http://gallerix.ru)

 

L’outre-blanc : Phil Caldwell face à Anubis, Horus, Isis et Osiris

La pesée du cœur (ou psychostasie) dans le Livre des Morts des égyptiens.

Notre dernier roman : L’outre-blanc, met en scène un captif décapité par le chef des preneurs d’otages.

Le cerveau de cet homme : Phil Caldwell continuera à fonctionner pendant quelques secondes dans le monde « normal ».

Mais ces quelques secondes dureront une éternité –dans le sens absolu du terme– dans un autre monde dont il deviendra son propre univers au sein de la myriade de mondes qui peuplent le Multivers décrit par les spécialistes de la gravitation quantique.

Mais, avant de devenir un univers à part entière,Phil Caldell devra explorer un Enfer de Dante immaculé stratifié en millions de terrasses et peuplé d’innombrables variations de lui-même. Il se retrouvera ainsi avec une femme, un tigre et un anomalocaris (le premier grand prédateur terrestre qui vivait au Cambrien il y a plus de 500 millions d’années) qui l’accompagneront lors de cette odyssée verticale qui l’exhaussera bien au-delà de lui-même et de la condition humaine.

Certaines incursions dans des mondes oniriques adjacents lui permettront de découvrir comment il est mort et qui il est réellement.

Ce chapitre se situe face aux divinités de l’Egypte antique dans cet espace étrange où les cœur sont pesés afin de savoir si l’âme du mort est pure ou non.

C’est lors de cette psychostasie que Phil Caldwell découvrira enfin comment il a été exécuté par un psychopathe.

L’outre-blanc chroniqué par Plume Libre.

 

La salle est assez allongée et très décorée. Les coloris dominants sont l’or, des carmins et des bruns très chauds.

S’éveillant d’un long coma, Phil Caldwell remarque immédiatement qu’une grande balance trône au centre de l’espace. Une nageoire dure et couverte d’écailles est posée sur sa cuisse droite. Il constate alors que l’anomalocaris est vautré sur lui.

Il le secoue un peu.

—Où est-on ? glapit la créature archaïque.

Phil Caldwell est un homme, mais c’est aussi une femme, un tigre et un anomalocaris.

L’astrophysicien lui fait un signe afin de lui imposer le silence.

—Regarde et tais-toi !

Comme ils sont au fond de la salle, ils peuvent donc observer tranquillement l’enfilade de personnages étranges qui sont au centre de ce lieu qui ressemble à une antichambre. Ou à un tribunal.

Le grand mur situé à gauche est recouvert de hiéroglyphes sombres sur fond or. Au-dessus, formant comme une frise, on voit les silhouettes de douze divinités. Sans avoir fait de longues études en égyptologie, le mari de Vanessa Caldwell peut immédiatement les nommer sans réellement savoir pour quelle raison cette science s’infuse ainsi en lui. Il les détaille à l’intention de son ami qui a prudemment regroupé sous sa carapace les deux fouets qui prolongent sa queue.

—Regarde. Depuis notre position, et en allant vers le fond de cette pièce que l’on nomme la salle des deux Maât[1]

—Des deux…

—C’est en fait le tribunal d’Osiris lors de la pesée du corps d’un défunt. Donc, disais-je, on trouve dans l’ordre les effigies de douze divinités : Harmakhis, Atoum, Shou, Tefnout, Geb, Nout, Isis, Nephtys, Horus, Hathor, Hou et Sia.

—Et sur l’autre mur ?

—On trouve les effigies des 42 assesseurs d’Osiris qui représentent en fait les 42 provinces de l’Égypte pharaonique.

L’anomamocaris reste muet un instant, ce qui constitue un réel exploit.

—Devant nous : c’est qui ?

L’astrophysicien n’a pas le temps de répondre car une partie du cérémonial lié au rituel de la pesée du cœur du défunt commence.

Le dieu à tête de chacal : Anubis, pose déjà une première question à l’homme situé devant lui :

—Connais-tu le nom de cette porte Osiris Ouserkaf ?

—Ouserkaf ? c’est le nom du mort qui passe en jugement ? murmure l’arthropode aux yeux pédonculés.

—Oui.

Anubis.

Vêtu de fins vêtements blancs qui descendent jusqu’au niveau de ses pieds, le trépassé répond calmement à Anubis :

Tu écartes Chou est le nom de cette porte.

—Connais-tu le nom du seuil ?

Maître de rectitude qui est sur ses deux jambes est le nom de ce seuil.

—Connais-tu le nom du linteau ?

Maître de force qui introduit le bétail est le nom de ce linteau.

Dieu des nécropoles et patron des embaumeurs, Anubis semble satisfait par les réponses données par Ouserkaf. Il conclut donc cette première phase du rituel avec ces quelques mots parfaitement codifiés :

— Passe puisque tu as donné les trois réponses Osiris Ouserkaf !

L’astrophysicien en profite pour observer les autres personnages qui se trouvent dans cette salle de part et d’autre de la balance géante qui va servir à la pesée du cœur. La plume symbolisant Maât est déjà placée dans l’un des plateaux.

Indépendamment d’Ouserkaf et du dieu à tête de chacal qui vient de laisser passer le défunt pour le moment crucial de la pesée de son cœur, on voit aussi Thot, le dieu à tête d’Ibis, dont le savoir est illimité. À l’arrière, assis sur un trône massif et très décoré, on distingue aisément Osiris qui est accompagné par ses deux sœurs, Isis et Nephtys. Elles se tiennent derrière lui, les mains posées sur ses épaules.

Sous la balance géante, une étrange créature hybride avec un corps d’hippopotame, une tête de crocodile et des pattes avant de lion, ouvre grand sa gueule armée d’innombrables dents.

—C’est Ammout, confirme Phil Caldwell. On l’appelle aussi la grande dévoreuse.

—Charmant… soupire l’anomalocaris en rangeant mieux sa queue. Quel est son rôle ?

—Elle dévore le cœur de celles et ceux qui échouent lors de la psychostasie. Si leur cœur est trop lourd par rapport au poids de la plume de Maât, Ammout le déchiquète. C’est pour cette raison qu’on l’appelle aussi la dévoreuse des morts !

—Brrr…

Au même instant, le sol et le plafond se métamorphosent. Les surfaces recouvertes d’or disparaissent. La vision est affolante. Le plafond n’est plus qu’une immense plaque de verre qui laisse entrevoir des millions d’étoiles dans un ciel serein et constellé d’escarboucles qui étincellent. À l’inverse, le sol est remplacé par une autre plaque de verre. Mais celle-ci ne capte pas le regard en direction d’un firmament édénique. L’abîme n’est qu’un foisonnement d’enfers qui s’enlacent et copulent sans cesse. Du magma, de la lave et des flammes hautes comme des montagnes lèchent cette surface translucide qui semble prompte à engloutir les femmes et les hommes qui y sont conduits en procession.

Phil Caldwell essaie, absurdement il est vrai, de ne plus poser les pieds sur ce sol qui l’attire et le terrifie à la fois. Comme il n’y parvient pas, il focalise son esprit sur le malheureux Ouserkaf qui est positionné juste devant la balance, Thot et la redoutable Ammout.

Horus.

Ouserkaf s’exprime alors en respectant à la lettre un rituel immuable et en s’adressant directement à Osiris :

— Salut à toi, Grand Dieu, Maître des deux Maât ! Je suis venu vers Toi ô mon Maître pour voir ta perfection. Je te connais et je connais le nom des deux Maât qui sont près de toi. Voici que je suis venu vers toi et t’ai apporté ce qui est équitable. J’ai chassé pour toi l’iniquité.

Il s’arrête un instant et entame alors la litanie de ce que l’on nomme la confession négative qui consiste à citer d’une manière exhaustive tous les actions critiquables ou abjectes que l’on a soigneusement évité d’accomplir pendant sa vie sur Terre.

Ainsi, on ne met pas en exergue ce que l’on a fait de bien, mais ce que l’on n’a pas fait de mal !

Ouserkaf, sans se fatiguer apparemment, poursuit son interminable démonstration d’honnêteté et de bienveillance universelle en précisant :

— Je suis pur, je suis pur, je suis pur ! Ma pureté est la pureté de ce grand Phénix qui est à Héliopolis, car je suis bien ce nez du Maître des souffles qui fait vivre tous les hommes en ce jour de remplissage de l’œil à Héliopolis…

Après avoir réitéré une seconde salve de confession négative en la détaillant divinité par divinité cette fois-ci, le défunt termine enfin son long discours par ces explications qui frôlent l’épique et le grandiloquent :

— Salut à vous, dieux qui êtes dans cette salle des deux Maât ! Je connais vos noms. Vous direz devant le Maître de l’Univers les choses équitables qui me reviennent car j’ai pratiqué l’équité en Egypte : je n’ai pas blasphémé Amon-Rê. Salut à vous tous qui êtes dans cette salle des deux Maât, vous qui êtes exempts de mensonge par essence, qui vivez de ce qui est équitable devant Horus-qui-est-dans-son-disque… Me voici venu à vous sans péchés, sans vilenie, sans accusateur. Je vis de ce qui est équitable. J’ai fait ce dont parlent les hommes, ce dont se réjouissent les dieux. J’ai satisfait Amon-Rê par ce qu’il aime. J’ai donné du pain à l’affamé, de l’eau à celui qui avait soif, des vêtements à celui qui était nu, une barque à celui qui n’en avait pas et j’ai fait le service des offrandes divines pour les dieux et des offrandes funéraires pour les bienheureux. Je suis quelqu’un dont la bouche et les mains sont pures, quelqu’un à qui il est dit viens en paix par ceux qui le voient… Je suis venu ici pour témoigner de la vérité, pour mettre la balance dans sa position exacte à l’intérieur du royaume des morts !

Le rituel étant accompli, la pesée du cœur commence sous la houlette d’Anubis. Thot tient un calame à la main afin d’inscrire le résultat sur un papyrus.

Placé dans un vase canope, le cœur d’Ouserkaf commence à faire doucement osciller le fléau. Puis ce dernier se fige à l’horizontal, démontrant ainsi que la plume de Maât et le cœur de cet homme pur ont exactement le même poids.

Encouragé par un geste d’Anubis et d’Osiris, Ouserkaf se dirige vers l’arrière de la salle sous le regard torve et déçu d’Ammout qui n’a pas obtenu sa pitance et devra donc attendre le jugement, négatif cette fois, d’un autre défunt.

Oksana et Gil lors des Halliennales 2016.

C’est à cet instant précis que le dieu à la tête de chacal aperçoit l’astrophysicien et l’étrange créature née il y a plus d’un demi-milliard d’années.

Anubis semble surpris. En dépit du fait que Phil Caldwell soit, lui aussi, vêtu du long manteau blanc cérémoniel qui frôle les pieds, il est évident qu’il est très différent des trépassés égyptiens qui pénètrent régulièrement dans la salle des deux Maât. Son teint est très pale, ses cheveux, roux et bouclés et ses yeux verts, diffèrent sensiblement des canons esthétiques qui prévalent ici. Par ailleurs, l’extravagante créature qui volète près de son épaule ne ressemble à rien de connu en ce début de Nouvel Empire et sous le règne glorieux de Thoutmôsis Ier.

Il se retourne vers Osiris.

Hiératique dans son attitude et impérieux par son regard qui semble être en mesure de calciner qui ose le regarder en face sans ciller, le frère d’Isis et de Nephtys dit simplement :

—Qui es-tu étranger ?

Avant même que l’astrophysicien parvienne à discipliner les tremblements nerveux qui agitent ses bras et ses jambes, le dieu qui juge les âmes des défunts complète sa question :

—Quelle est cette étrange créature ?

Phil Caldwell s’incline respectueusement devant Anubis, Thot, Osiris et ses deux sœurs. Il ne sait pas du tout comment il doit s’exprimer face à ces cinq divinités du panthéon égyptien.

Utiliser la phraséologie pompeuse d’Ouserkaf serait sans doute blasphématoire car il n’est pas mort et se retrouve, par un ahurissant caprice du destin, dans un processus funéraire antique qui le dépasse et qu’il ne comprend pas.

Il décide donc d’être lui-même. Tout simplement.

Isis.

—Je m’appelle Phil Caldwell et j’observe les étoiles.

Ses interlocuteurs ne réagissant pas, contrairement à Ammout qui commence à ouvrir sa gueule de crocodile affamé en laissant les ors de la salle apporter quelques éclats supplémentaires sur ses dents acérées, le scientifique de Stanford poursuit :

—La créature qui m’accompagne vivait déjà sur Terre il y a très longtemps. Je ne sais pas pour quelle raison je suis là. Car je ne suis pas mort…

À l’instant précis où il prononce ces derniers mots, ses yeux se convulsent. Il vacille et semble prêt à tomber. L’anomalocaris volète à côte de lui. Mais il ne parvient pas vraiment à le retenir. C’est donc le dieu à tête de chacal qui contourne la balance géante et aide Phil Caldwell afin qu’il ne s’effondre pas sur le sol.

La plaque de verre qui s’est substituée à ce même sol sert désormais d’écrin aux flammes d’une étoile au seuil de l’explosion. Les volutes de feu lèchent la surface et des morceaux de magma en fusion se collent un instant sur la surface transparente avant de retomber dans le brasier qui grossit sans cesse.

—Je ne suis pas mort… répète l’astrophysicien hagard.

Osiris échange quelques mots avec ses deux sœurs.

Imperturbable, Thot continue à décrire tout ce qu’il observe. Son calame[2] court sur le parchemin qu’il tient haut devant lui.

Anubis prend le compagnon de l’anomalocaris par les épaules et lui dit, d’une voix grave qui flirte avec les infrasons :

—Qui es-tu vraiment Phil Caldwell ?

—Je suis… Je suis…

Ses yeux s’exorbitent. Son front se moire de sueur et un peu de bave commence à couler à la commissure de ses lèvres glacées d’effroi. Il tremble comme s’il se trouvait au bord d’un gouffre immense et avec un vent violent qui le pousserait vers l’abîme.

Tous les dieux le regardent.

Il dit enfin.

—Je suis mort et vivant !

Il s’agite encore. Sa tête est animée de mouvements irrépressibles et brouillons comme s’il était soudainement pris de démence.

—Je vois… la mort ! Je vois… Je vois… ma mort ! Ma mort !

Il hurle désormais, ce qui énerve considérablement la créature hybride chargée de dévorer les cœurs des êtes impurs.

—Parle ! ordonne alors Osiris dont les yeux flamboient comme des soleils noirs.

—Parle doucement, invite Anubis tout en laissant ses mains posées sur les épaules du malheureux qui voit d’un coup s’effondrer devant lui des pans entiers de l’épaisse muraille qui claquemurait sa mémoire depuis si longtemps.

Le museau sombre et pointu du dieu à tête de chacal est à moins de vingt centimètres du visage de Phil Caldwell. Les oreilles d’Anubis, fines, sombres et pointues, sont attentives et bien dressées à la verticale.

—Je t’écoute. Nous t’écoutons.

—Le voile se déchire. Enfin !

—Oui ?

—Je vois une forêt avec des arbres gigantesques. Il fait chaud. J’ai mal.

Il s’arrête à nouveau.

L’anomalocaris s’approche à son tour très près de la tête du rouquin. Le visage de l’astrophysicien, le museau effilé d’Anubis et les queues de crevettes géantes qui prolongent la tête de l’arthropode du cambrien sont désormais circonscrits au sein d’une sphère très réduite.

Leurs haleines se mêlent.

Osiris.

—Continue, dit doucement la créature échevelée sans parvenir à juguler totalement sa crispante voix de fausset.

—Mes amis souffrent. Il y a déjà eu beaucoup de sang. Un homme monstrueux hurle sans cesse devant l’œil froid d’une caméra. Il insulte une jeune femme rousse. Il m’insulte aussi.

Il se tait un bref instant et reprend son soliloque halluciné sous le regard simultanément interrogateur et courroucé d’Osiris.

—Il m’insulte. Il m’insulte !

—Tu l’as déjà dit. Continue… l’encourage Anubis qui semble avoir fugacement pris sous sa protection cet homme étrange qui ne ressemble pas à un égyptien de l’époque de Thoutmôsis Ier  et qui, surtout, ne devrait en aucun cas se retrouver ici dans la salle des deux Maât.

—Il m’insulte. Me frappe. Je suis à genoux. Il hurle encore !

Atterré par ses propres visions qui exhument brutalement la séquence la plus dramatique de sa vie, Phil Caldwell s’arrête encore une fois. Il regarde les hiéroglyphes qui couvrent le mur gauche et que l’or qui tapisse la paroi rehausse encore. Tous ces signes semblent se décoller de la surface verticale. Ils se précipitent sur lui ! L’astrophysicien exécute quelques mouvements désordonnés afin de dissiper ces hordes ténébreuses et grimaçantes qui veulent s’insinuer dans ses yeux, son nez, sa bouche et ses oreilles.

—Calme-toi, reprend l’anomalocaris. Tout va bien.

—Continue, surenchérit Anubis en appuyant plus fortement sur les épaules du malheureux qui sombre d’épouvantes en épouvantes.

Le scientifique respire un grand coup. Il déglutit et se ressaisit enfin.

—Ces cris sont si violents ! Mon esprit se trouble et s’embue. Un voile grège et sang obstrue mes yeux. Je me redresse un peu. C’est alors que je vois le sabre…

—Le sabre ! coupent ensemble Anubis et l’arthropode issu des premières aubes du cambrien.

Phil Caldwell tombe à genoux.

Impassible, Thot note tous les détails de cet étrange récit alors que les quatre autres divinités restent muettes. Statufiées.

Manifestement, elles attendent une révélation. Un signe. Une épiphanie Ou une seconde mort !

—La lumière ! L’homme lève le sabre. Nooooon !

Phil Caldwell se renverse en arrière. Isis quitte l’arrière du siège d’apparat où trône son frère afin de rejoindre Anubis. En joignant leurs efforts, les deux divinités funéraires parviennent à remettre le rouquin debout. Il est blême et des flots de bave sortent désormais de sa bouche.

Révulsés en un premier temps, ses yeux reprennent leur apparence normale.

—Prenez le temps nécessaire, intervient la sœur de Nephtys de sa voix douce, caressante ; presque désincarnée.

Phil Caldwell se reprend un peu et regarde attentivement Isis. Le visage de la jeune divinité est doux, empreint d’une bonté presque surréelle. Il réalise à cet instant qu’il est en train de dialoguer avec Anubis et la sœur d’Osiris, de Seth et de Nephtys.

Il frissonne aussitôt et poursuit cette douloureuse remémoration d’un instant atroce.

—Après la douleur : l’effroi ! Je suis couché au sol et je regarde mon corps qui baigne dans son sang. À une dizaine de mètres de moi !

—Une dizaine de mètres ? glapit alors l’anomalocaris qui, en cet instant, outrepasse toutes les sonorités suraiguës audibles par tous les êtres qui ont vécu sur Terre depuis 3,5 milliards d’années.

—Décapité ? demande Anubis dont les longs cils mettent en exergue un regard qui se vrille dans celui du malheureux qui découvre enfin comment il est décédé.

—Oui. Mon corps acéphale gît très loin et m’envoie ce message atroce et merveilleux à la fois : tu n’es plus qu’une tête. Un cerveau ! Et pourtant… tu vis !

—Pour l’instant, tempère Isis en ouvrant grands ses yeux où le lapis-lazuli façonne un univers miniature d’une puissance inégalée.

—Mais… Mais… j’ai déjà vu l’agonie du soleil !

Le silence retombe sur la salle des deux Maât. Cette remarque, ahurissante, loufoque et totalement iconoclaste, réussit même à surprendre les cinq divinités du panthéon égyptien qui officie en ce lieu pour la pesée des cœurs.

Comment peut-on avoir eu la tête tranchée et assister en même temps à la mort du soleil qui se déroulera sept à huit milliards d’années plus tard ? C’est dément !

C’est impossible ! C’est peu probable.

C’est tout à fait possible en fait si le temps ne s’écoule plus du tout au même rythme à l’intérieur et à l’extérieur de cette tête orpheline d’un corps et qui doit donc devenir… son propre univers !

C’est ce que les cinq divinités égyptiennes viennent de réaliser brutalement. Hallucinant et fou, ce constat sublime leur rôle au niveau de la vie terrestre et de sa lente métamorphose au sein d’un au-delà normé et ritualisée dans un univers dont les limites sont connues et bien définies.

Mais, à l’aune de l’exubérance infinie du Multivers, Phil Caldwell devient peu à peu son propre panthéon.

Osiris le comprend aussitôt.

C’est lui qui s’adresse alors à l’homme qui vient de réaliser cette chose simple est effrayante à la fois : il vit uniquement en lui et doit assumer désormais le rituel d’une initiation folle dont il est la fois le maître d’œuvre et l’objet, le vecteur et la finalité.

—Phil Caldwell ! Ton destin est unique dans l’histoire des hommes. En pétrifiant le temps, ton cerveau devient à la fois le terreau et la finalité de ta propre existence. Tu vas devoir investiguer toutes les facettes de ton être intime qui, ainsi, est devenu aussi complexe que toute l’humanité depuis sa création. Miroir de toi-même, tu concentres à la fois ton enfer et ton firmament. Ta damnation et ta sublimité ! Tu as beaucoup de chance. Mais il te faudra beaucoup de courage aussi !

Le frère d’Isis et de Nephtys s’arrête un instant. Il décroise ses bras qui maintiennent chacun un sceptre et un chasse-mouches rituel.

Puis il lève lentement son sceptre en un signe qui peut s’apparenter à une bénédiction.

—Va en paix !

Anubis et Isis le regardent encore. La sœur de Nephtys esquisse un sourire.

—Merci… Merci… balbutie Phil Caldwell. Vos encouragements me donnent une force inouïe. J’essaierai désormais d’être ma propre épiphanie !

Il sourit à son tour et pivote sur les talons afin de rejoindre le lac de mercure qui vient d’apparaître à l’extrémité de la salle par laquelle il était venu avec l’anomalocaris.

Ammout essaie quand même de lui happer une jambe. Mais le claquement sec des dents de la dévoreuse des cœurs démontre l’inanité de cette ultime tentative.

L’astrophysicien et la créature échevelée se dirigent vers le lac. Ils s’immergent immédiatement.

Et se noient.

 

[1] Dans la religion de l’Égypte antique, Maât incarne les notions d’ordre, de solidarité, d’équilibre du monde, d’équité, de paix, de vérité et de justice. Sur le plan cosmique, elle est la lumière. Dans le monde des humains, elle symbolise le ciment de la communauté humaine dont la clef de voûte est Pharaon. Lors de la pesée du cœur devant Osiris (ou psychostasie), Maât est aussi légère qu’une plume. Elle est donc le contrepoids du cœur du défunt qui doit être aussi léger qu’elle pour que le Kâ –l’âme du trépassé– puisse accéder au monde des bienheureux.

[2] Le calame est un roseau taillé en pointe dont on se sert pour l’écriture, soit à sec sur des tablettes d’argile, soit trempé dans de l’encre afin d’écrire sur un papyrus ou un parchemin.

L’outre-blanc : la couverture recto-verso.

 

Disponible ici :

http://livre.fnac.com/a9644955/Oksana-Prou-L-outre-blanc#int=S:Derniers articles consultés|Home Géné|NonApplicable|9644955|BL1|L1

Préface de l’anthologie « Entre rêves et irréalité »

Anthologie Entre rêves et irréalité – Préface : Oksana et Gil Prou

Nous avons préfacé une anthologie de 27 nouvelles qui vient de paraître aux Éditions Arkuiris et qui s’appelle Entre rêves et irréalité.

Cette anthologie est dirigée par Stéphane Dovert.

Le thème : Et si nos rêves étaient plus réels que nos jours ? Et s’ils modifiaient notre rapport au temps, à l’espace, aux autres, à nous-mêmes… Le réveil sera peut-être douloureux, à moins qu’il ne soit salvateur ou qu’il n?ait pas lieu du tout; à moins même que l’on ne dorme pas, que l’on n’ait jamais dormi ou que l’on n’ait jamais été éveillé. Une anthologie qui donne sa réalité au songe, d’où qu’il vienne et où qu’il aille.

Le sommaire :

Préface par Oksana et Gil Prou
Ariaudo Tom, « L’Homme et le songe »
Besch-Kramer Thomas, « A rêver, Ponture d’As… »
Biéron Guillaume, « Virtualités »
Castellanè Alice de, « Ivresses »
Chapron Dominique, « L’Etoffe des songes »
Charine Marlène, « Le Chant des fées »
Chevet Céline, « Manège en cage »
Crif Tonnya, « Rêves d’elle »
Cuny Nelly, « Ascenseur pour le désert »
Darriet Frédéric, « Un rêve au fil des nombres »
Dole Franck, « Nous tournions en rond dans la nuit »
Daverat Loïc, « Narcolocauste »
Dovert Stéphane, « Sauvés par une couronne d’épine »
Edwige, « A livre ouvert »
Ghautier Donald, « Relooking extrême »
Kwiatkowski Ivan, « Rêve d’Epines et d’Ombre »
Lysøe Eric, « Le Numéro 102 »
Pontier Arnauld, « Le Grisou »
Quero Yann, « Sur la plage de Datah »
Reboussin Didier, « Admira »
Roditi Denis, « Rêves de Carcosa »
Senna Aman, « La Planète du Colonel »
Syam F.V., « Les Egarés »
Vedrenne Florence, « Le Voyage »
Wallon Lydie A., « Examen de conscience »
Yessouroun Robert, « Mieux qu’Hollywood »

  • Année : 2017
  • ISBN : 978-2-919090-11-2
  • Nombre de page : 381
  • Prix : 18€
  • Disponible en version papier et numérique.

En version numérique, cette anthologie est disponible ici :

https://www.amazon.fr/dp/B072PYV3KQ/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1496247847&sr=8-2&keywords=arkuiris

 

Le visible n’est que l’épiphanie de l’invisible

Voilà le texte intégral de notre préface :

Est-ce que les rêves peuvent rêver ? questionne l’un des auteurs de cette anthologie.

La réponse est délicate. Voire incongrue si on s’accroche désespérément à un matérialisme bien dépassé à l’aune d’un univers qui nous démontre chaque jour un peu plus que le visible n’est que l’épiphanie fugace de l’invisible.

Une chose semble assurée : nous rêvons tous. Par ailleurs, nous savons généralement faire la différence  entre le réel et l’irréel.

Cette dernière remarque semble évidente. Mais il y a un doute. Un vrai doute.

Depuis la plus haute Antiquité, les femmes et les hommes interprètent leurs rêves. Au-delà du pouvoir fantasmé de la capacité à deviner ce qui doit demeurer éternellement caché, l’onirologie est devenue une voie importante vers la connaissance de soi.

Les plus grands poètes, romanciers et dramaturges nous ont toujours précisés que les rêves pouvaient,  parfois, se substituer à la vie. Plus surprenant encore, peut-être sont-ils la vie. Sans que nous n’en ayons véritablement conscience.

Tout le monde connaît cette observation faite par Shakespeare et que nos publicitaires réemploient parfois jusqu’à la nausée : « Nous sommes de la même étoffe que les songes, et notre vie infime est cernée de sommeil » (La Tempête, acte IV scène 1).

Nous ne pouvons affirmer avec une certitude absolue  que  notre  vie  n’est  pas  un  songe.  Il  suffit d’y réfléchir un instant, pour en douter. Si convaincu soit-on de l’existence du monde qui nous entoure, il demeure un doute, un intervalle, un minuscule abîme entre l’objet perçu et la perception qu’on en a. Pourquoi suffirait-il d’ouvrir les yeux pour voir vraiment ?

Et si nous rêvons nos vies, est-ce si grave ? Qu’y a- t-il de si dangereux, finalement, à se laisser dériver au fil des rêves ? Si le songe nous éloigne du monde, la rêverie est peut-être un moyen efficace de nous en rapprocher ?

Donc, effectivement, tout le monde rêve. Pugnaces et obstinés, nous nous efforçons de déchiffrer les mystères de ces songes avec l’espoir insensé d’anticiper l’avenir. Ces fragments de vie et d’émotions issus de pulsions profondes s’interprètent souvent en relation avec un vécu (agréable ou douloureux), la sexualité, de légitimes interrogations relatives à la vie et à la mort, les métamorphoses de l’être et de ses désirs, les rapports avec l’enfance ou des aspects prémonitoires. Par ailleurs, nous sommes désormais capables de géolocaliser le gisement presque infini de nos rêves dans une zone particulière de nos cycles de repos que l’on appelle le sommeil  paradoxal. Ce dernier est le corrélat neurophysiologique du rêve.

Les réveils brutaux au milieu d’un cycle  de sommeil paradoxal entraînent des souvenirs très précis de rêve alors que des réveils provoqués à des intervalles de plus en plus longs après la fin spontanée d’un épisode de sommeil paradoxal entraînent des souvenirs de plus en plus estompés et sans couleur.

Mais l’impalpable frontière qui sépare l’éveil du rêve est-elle si nette ?

Certaines des nouvelles de cette anthologie opacifient les certitudes primaires tout en émerveillant des pistes inédites pour les esprits en quête d’imaginaires nouveaux, d’archipels inconnus et d’espaces mentaux qui font écho aux vers célèbres de William Blake dans Auguries of Innocence :

« To see a World in a Grain of Sand

And a Heaven in a Wild Flower

Hold Infinity in the palm of your hand

And Eternity in an hour ».

Le cas de l’irréalité semble encore plus simple. On observera immédiatement que le titre de cette anthologie est  Entre rêves et irréalité.  Le  singulier d’irréalité fait opposition au pluriel de rêves. L’irréalité peut donc donner le sentiment d’un bloc homogène. D’un continent inconnu, sans cesse imaginé mais jamais observé.

Apparemment, nous vivons tous bien ancrés dans le réel et seuls les sots confondent le réel et l’irréel. La science nous révèle, pourtant, que nous sommes tous des sots car notre vision du réel est parcellaire. Microscopique même pourrait-on dire !

Deux exemples suffisent.

Nos capacités d’appréhender le réel passent par nos cinq sens. Si on prend le sens de la vue par exemple, on constate que notre compréhension de notre environnement proche et lointain se situe dans une très étroite fenêtre comprise entre 390 et 750 nanomètres, avec un pic d’efficacité autour de 550 nm. En conséquence, nous sommes aveugles aux ondes plus longues (infrarouges, sub-millimétriques, micro-ondes et ondes radios). Pareillement, nous ne décelons les ondes plus courtes (ultraviolet, rayons X et rayons gamma) qu’en employant des instruments de mesure qui relaient notre myopie. Donc, nous n’entendons pas les rayons X et nous ne voyons pas les ondes radio. Mais ils existent.

Imparfaite, émiettée, incomplète, cette approche de la réalité nous interdit toute vision holistique du monde, des autres et de nous-même. On se retrouve ainsi, peu ou prou dans la situation des hommes enchaînés dans un souterrain que Platon cite dans le Livre VII de l’un de ses plus célèbres dialogues : La République. Dans cette allégorie de la caverne, les hommes immobilisés ont un champ de vision restreint. Ils ne connaissent le monde que par les ombres projetées sur les murs de leur caverne grâce à un feu allumé derrière eux.

Notre impuissance face à la réalité « globale » des choses va même beaucoup plus loin car nous savons, depuis plus de vingt ans, que l’ensemble de la matière que nos instruments d’investigations traquent jusqu’aux sources mêmes du big-bang ne représente que 5 %  de notre univers. Les 95 % qui restent se répartissent entre matière noire, composée de  particules encore inconnues, et énergie sombre : une force gravitationnelle répulsive intense qui explique l’accélération de l’expansion de l’univers. Le paradigme de l’iceberg dont la partie visible ne représente qu’une petite partie du total s’applique donc pleinement ici, aussi bien au niveau de notre vision de la réalité que de la compréhension de notre univers lorsque nous braquons nos plus puissants instruments d’observation vers ses limites extrêmes.

L’univers visible dans nos instruments ne représente que 5% du total !

Cette affolante déconnexion avec le réel va même encore plus loin si l’on prend en compte les théories récentes de la cosmologie et de la gravitation quantique qui donne sens à l’existence d’un multivers protéiforme au sein duquel notre univers ne serait qu’un brimborion. D’autres théories suggèrent qu’il ne serait que l’hologramme d’un autre…

Au terme de cette quête de plus en plus vertigineuse, une interrogation s’impose : le réel et l’irréel peuvent-ils s’acoquiner ?

Les 27 nouvelles de cette anthologie s’efforcent d’apporter des embryons de réponses à un tsunami de questions.  Elles  nous  permettent  surtout  d’apporter un « supplément de vie » dont nous avons bien besoin en des périodes troublées pendant lesquelles l’homme s’immerge méthodiquement dans l’horreur, donnant un sens aigu aux observations réalisées par René Char dans les feuillets d’Hypnos lorsqu’il affirme : « L’homme est capable de faire ce qu’il est incapable d’imaginer ».

Et si nous retournions la phrase en affirmant que l’homme est capable d’imaginer ce qu’il est incapable de faire ?

Ceci nous replonge immédiatement dans les délices de l’irréalité et de ses plus fidèles alliés : les rêves. Lorsque nous comprenons enfin que nous sommes toujours plus petits que la réalité qui nous entoure et que celle-ci n’est que l’esquisse d’un ensemble plus vaste que l’on nomme l’irréel, l’invisible ou l’incognoscible, tout devient possible !

Les nouvelles de cette anthologie ouvrent de nombreuses portes. Et c’est à cet instant précis que le plaisir commence. Le plaisir de découvrir, de fabuler, d’anéantir et de reconstruire. Chacun de nous peut, par le simple artifice d’une imagination désormais débridée et désinhibée, devenir son propre démiurge.

Dans Les Contemplations (Ce  que  dit  la  bouche d’ombre) Victor Hugo précisait : « L’univers n’a que moi dans sa morne épaisseur. En deçà c’est la nuit ; au-delà c’est le rêve ».

Coincés entre la nuit et le rêve, nous avons l’opportunité de parcourir en nous des périples insensés, de folles odyssées et découvrir enfin les jardins d’Arcadie. Même lorsque Daesh torture, décapite et lapide.

Sommes-nous les rêves de nos rêves ?

L’immense, labyrinthique et délicieux périple qui nous conduit du rêve à l’irréalité peut devenir, en quelque sorte, un incubateur de mondes enchâssés qui se déploient en nous et bien au-delà de nous. Positionnés à l’aplomb d’un abîme infini, nous avons d’un coup l’opportunité de voir beaucoup plus loin que l’horizon.

S’aventurer dans l’inconnu, explorer les méandres intimes  de  notre  moi profond  au  fil  de  nos  rêves  et savourer  les  charmes  étranges  de  l’irréalité symbolisent les premiers jalons de la découverte d’une  « vie augmentée ». D’une vie qui prend en compte un constat effarant que les scientifiques du XXIe siècle naissant nous confirment : ce qui paraît impossible, et même  impensable, se concrétise chaque jour un peu plus.

On découvre ainsi avec émerveillement l’existence des tardigrades qui peuvent survivre dans des conditions létales pour tous les autres êtres vivants. Nous sommes subjugués par certaines méduses –Turritopsis nutricula et Turritopsis dohrnii par exemple– qui sont biologiquement immortelles grâce au processus de transdifférenciation qui permet à certaines cellules déjà différenciées de perdre leurs caractères habituels et d’en acquérir de nouveaux et de nouvelles fonctions. Nous découvrons aussi que de l’eau sous forme liquide existe presque partout dans notre système solaire et que l’histoire du cosmos  commence bien avant le big-bang.

Ceci était irréel il y a 50 ans. Ceci est vrai maintenant.

Où se situe le réel ? Où se situe le rêve ? La Nature nous trouble et nous fait parfois douter

Ces cascades de découvertes laissent entrevoir une idée folle : tout est possible !

Elles illuminent nos espérances. Elles peuvent aussi créer en nous une confusion, voire un chaos. Mais, comme  Nietzsche  le  précisait  dans  le  prélude  de  Ainsi parlait Zarathoustra :  « Il  faut encore avoir  du chaos en soi pour enfanter une étoile dansante ».

Certaines des nouvelles de cette anthologie créeront peut-être le chaos en vous. Elles permettront, surtout, d’assister symboliquement à la naissance d’une étoile dansante.

Ceci nous accordera alors un don magique que nous avions progressivement perdu : regarder à nouveau le monde à travers les yeux des enfants.

Le plus bel endroit qui soit.

 

Oksana et Gil Prou

Les auteurs de la préface en dédicace

Un chapitre de L’Outre-blanc qui intègre une tragédie classique du début du XVIIIe siècle

Un nouvel univers ?

Il y a un an paraissait notre huitième livre : L’Outre-blanc (Éditions Fleur Sauvage) qui bénéficie d’une préface coécrite par Bernard Werber et Jean-Claude Dunyach..

Les chroniqueurs évoquent souvent un « OVNI » littéraire, voire un « OLNI » (Objet de Lecture Non Identifié). Ceci est lié au point de départ de l’intrigue : Que se passe-t-il dans le cerveau d’un homme qui vient d’être décapité ? Mais, au-delà du caractère étonnant de cette question, la façon très particulière dont nous abordons le sujet intrigue le lecteur car le héros principal : Phil Caldwell se trouve immergé dans un Enfer de Dante titanesque et stratifié en millions de terrasses d’une blancheur immaculée.

Il s’enfonce en lui-même avant de devenir un nouvel univers à part entière !

L’outre-blanc : la couverture recto-verso.

Autre singularité de ce récit, nous utilisons dans l’un des derniers chapitres l’intégralité des trois dernières scènes du Ve acte d’une tragédie du début du XVIIIe siècle qui s’appelle Atrée et Thyeste :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Atr%C3%A9e_et_Thyeste

Son auteur : Prosper Jolyot de Crébillon fut le plus grand auteur dramatique du XVIIIe siècle avec Voltaire.

Voilà le texte intégral de ce chapitre…

Monter. Sans cesse !

L’intérieur de la sphère parfaite est presque translucide.

Les quatre silhouettes incrustées à l’intérieur sont situées perpendiculairement à cette douce surface qui s’irise sans cesse. Contrairement à toutes les autres immersions dans les mondes de mercure, il n’y a ici ni sensation de froid, ni douleur. Le sentiment qui prévaut est une quiétude presque absolue et proche de l’ataraxie.

Il est impossible de dire si cette modification est liée au fait que l’engloutissement dans ce ver argenté prolongé par une sphère de mercure liquide s’est produit en plein jour. Et non la nuit. Par ailleurs, cette émergence au cœur même de la falaise a permis aux quatre malheureux Phil Caldwell d’échapper aux serres et au bec du monstre ailé qui s’apprêtait à les massacrer.

Ils s’éveillent donc peu à peu.

La surprise est totale.

En cet espace qui relie deux mondes et où règnent d’habitude la souffrance, l’explosion des viscères et le martelage des corps, ils se retrouvent au sein d’une sphère qui vogue doucement sur un ruisseau aux eaux calmes et limpides. Autour d’eux, des silhouettes claires. Des hommes, des femmes. Nus. Comme eux.

Des animaux aussi. Des fleurs exubérantes et une prairie d’un vert tendre. Quelques objets cocasses, un mollusque géant, des hommes inclus la tête en bas dans une courge grande comme une maisonnette ou une petite souris qui pénètre dans un tube transparent près d’un visage humain qui la scrute en cherchant l’infini dans les poils de ses moustaches leur révèlent enfin la vérité. Ils sont dans le panneau central du triptyque de Jérôme Bosch intitulé le Jardin de Délices.

Des oiseaux colorés les observent et des dizaines d’humains caracolent sur des mésanges et des pinsons qui font la taille d’un âne ou d’un cheval.

—Le… Jardin des Délices… Le… Jardin des Délices anone l’astrophysicien qui a immédiatement reconnu les couleurs dominantes qui privilégient ici le vert clair, le bleu pâle et le rose.

—Mais ? demande la jeune femme sans savoir si le reste de sa phrase a du sens ou non.

Conséquence, elle se tait tout en gorgeant ses yeux, son esprit et son cœur, de ce spectacle agreste, burlesque et baroque à la fois.

Inquiétant aussi car comme Phil Caldwell 1 le signale aussitôt :

—Nous sommes dans le panneau central du triptyque. Mais celui de droite est consacré à l’Enfer !

La jouissance sereine se métamorphose doucement en crainte. Puis la crainte en effroi.

Cette évolution funeste se justifie d’ailleurs, car la sphère qui leur sert de nef cristalline commence à se diriger doucement vers l’aval de ce petit ruisseau qui s’agrandit sans cesse. Le mouvement s’accélère.

Il y a toujours beaucoup d’humains, de végétaux excentriques et d’animaux farceurs dans le paysage environnant. Mais les traits se durcissent, les silhouettes perdent leur grâce naturelle. Les couleurs fuient et la lumière vacille. Désormais bringuebalée comme un vaisseau fantôme dans une monstrueuse tempête, la bulle où les compagnons de l’astrophysicien sont toujours enchâssés dans une posture hiératique et guindée virevolte sur elle-même.

Le vent mugit et un bruit terrifiant s’accroît sans cesse devant eux.

Les humains essaient de distinguer l’origine de ce fracas épouvantable alors que l’anomalocaris oriente fébrilement ses yeux à facettes vers un point invisible.

Pas un point… Une ligne ! Une ligne qui barre l’horizon en séparant, comme avec un scalpel, le monde de l’eau et celui de l’air.

—On va tomber ! hurle la jeune femme en serrant ses poings comme si ce geste anodin pouvait les ralentir.

Mais, toujours prisonniers de la sphère de cristal, ils ne peuvent rien faire. Le tigre rugit et la nef translucide tremble. Cinq secondes plus tard, ils versent tous dans l’abîme en suivant les millions de tonnes d’eau d’une chute qui ridiculiserait celle du Zambèze si elle était située sur Terre.

Et ils se noient.

 

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

Le ciel est d’un bleu profond. L’ardent soleil de Mycènes réchauffe rapidement les corps encore alanguis sur le sol.

Au loin, des remparts cyclopéens protègent la ville d’Argos. Devant, un parc soigneusement entretenu dont les parties herbues sont manucurées. De nombreux arbres méditerranéens trônent avec l’élégance et la majesté des végétaux qui défient le temps. Les branches des oliviers millénaires ploient sous les innombrables fruits qui n’attendent qu’un coup de vent pour être recueillies.

Un bassin avec de grands oiseaux blancs est situé juste devant le palais. Plusieurs personnages vêtus de blanc marchent tranquillement sous l’ardent soleil grec de ce second millénaire avant Jésus-Christ.

Le tigre s’éveille le premier.

Il grogne un peu, ce qui a pour effet de ranimer la jeune femme blonde qui est désormais vêtu d’un péplos de lin d’un joli coloris terre de sienne. Essentiellement composé d’une pièce de laine ou de lin rectangulaire à gros plis, le péplos est un vêtement pratique, ample et léger. Le haut du vêtement forme un rabat sur la poitrine et les deux moitiés du tissu sont attachées par une grosse agrafe sur chaque épaule. Il est maintenu à la taille par une ceinture assez étroite qui, dans le cas de Phil Caldwell 3, est d’une belle teinte indigo qui tranche agréablement avec le rouge profond du péplos.

Vêtu quant à lui du traditionnel chiton, l’astrophysicien émerge à son tour grâce aux coups de langue du tigre. L’arthropode continuant à ronfler comme si la dégringolade dans la chute d’eau ne l’avait pas vraiment affecté, le rouquin commence à le secouer fermement comme un jouet dont les piles sont à plats.

Il finit enfin par s’éveiller et lance un cri stridulant qui pourrait sans doute être entendu jusqu’en Crête.

—On est où ? demande-t-il lorsque son précédent jaillissement sonore est enfin estompé par le vent léger qui vient de la mer.

—En Grèce, répond l’astrophysicien.

—Mais à quelle époque ? s’inquiète le tigre.

—On est à Mycènes. Mais je ne sais pas exactement quand.

Le silence retombe un peu.

La jeune femme scrute attentivement le paysage depuis la colline située au Nord-Est de la plaine d’Argos où ils viennent de s’éveiller. Sur cette colline, et derrière les grands arbres, trône un somptueux palais de marbre blanc. D’ici, on distingue aisément l’Argolide et le golfe Saronique où la Méditerranée se niche, s’insinue et se cajole, en émerveillant l’horizon de ses eaux saphirines.

Emmantelée de hauts murs et constituée d’énormes blocs de pierre polygonaux, l’enceinte est fermée par la Porte des Lionnes. En avant de cette impressionnante ouverture, on distingue aisément un vaste espace circulaire où s’éparpillent les tombes des anciens rois de Mycènes. Depuis la Porte des Lionnes, des escaliers en terrasses s’enchaînent et se prolongent jusqu’à un petit port. Plusieurs bateaux, dont les voiles ont été précautionneusement affalées, sont actuellement immobilisés dans la rade nichée au fond du golfe Saronique. Ils ponctuent l’azur marin de leurs silhouettes élancées qui se reflètent sur l’onde.

Le scientifique rouquin semble très pressé de se diriger vers le palais qui surplombe la ville et le mur d’enceinte alors que ses trois compagnons hésitent.

—Vous venez ?

Pas de réponse.

—Bon. Moi j’avance. Rejoignez-moi lorsque vos pieds, écailles et pattes se seront enfin décollés de l’herbe.

Son sourire est légèrement narquois. Le rouquin donne l’impression d’être particulièrement enjoué.

Soudain, une procession apparaît au bas des marches situées les plus près de l’appontement où les navires accostent. Elle est composée d’une trentaine d’hommes. Quelques femmes suivent, toutes et tous vêtus de blanc ou d’ocre.

Le caractère majestueux et compassé du défilé lui confère immédiatement un caractère officiel qui s’apparente à une réception en grande pompe dans le palais royal d’Argos.

—Une ambassade sans doute, songe Phil Caldwell 1.

Au milieu du brouhaha, deux noms reviennent assez cycliquement. Le nom de deux rois. Le nom de deux frères unis par la même histoire. Par la même haine : Atrée et Thyeste !

Le scientifique blêmit. La jeune femme, le félin géant et l’anomalocaris s’enfuient aussitôt !

Dix secondes plus tard, l’astrophysicien ne les voit plus. Manifestement, ils se sont dissimulés derrière un groupe d’arbres aux troncs noueux qui bordent les limites du parc royal qui domine le palais et la ville.

Qu’est-ce qui peut terrifier un tigre ?

Le spécialiste des exoplanètes à l’université Stanford a bien une petite idée. Lui aussi aimerait bien s’enfuir en cet instant, car la légende mythologique liée à la funeste destinée des atrides est atroce. On prétend même que le forfait qui s’est déroulé ici, dans le palais mycénien d’Atrée, fut si épouvantable qu’il fit… reculer le soleil !

Quel indicible effroi, quel crime monstrueux peuvent faire fuir un tigre et reculer le soleil ?

En se retournant à nouveau vers le palais et la mer, Phil Caldwell 1 s’aperçoit que la procession a presque achevé la longue ascension du chemin qui se poursuit par des escaliers et rejoint l’entrée du palais. Le cortège s’apprête à pénétrer dans les salles d’apparat de la demeure palatiale en empruntant une vaste terrasse qui se prolonge par un majestueux portique à colonnes.

Les paumes de ses mains sont moites. Glacées. Il connaît bien cette détestable sensation. Elle porte un nom : la peur. En dépit de l’épouvante qui le gagne et broie son cœur, il s’oblige à regarder.

Lorsque le dernier personnage est enfin entré dans le palais, suivi de deux gardes attentifs, cuirassés et armés de longues lances, l’astrophysicien se décide enfin à s’approcher. Il ne sait pas pour quelle raison il est mû par cet irrésistible désir de savoir ce qu’il pressent déjà. Peut-être, tout simplement, parce que l’apparition inopinée de ce monde de mercure en plein jour lui a sauvé la vie, ainsi qu’à ses trois autres compagnons, face aux serres et au bec du monstrueux quetzalcoatlus qui voulait les plonger dans le gouffre. Il se dit à cet instant que cette raison est suffisamment pertinente pour justifier de se retrouver ainsi face à l’horreur absolue.

—Un élément supplémentaire d’une initiation rédemptrice ? se demande-t-il, tout en sachant que celui ou ceux qui pourraient répondre à sa requête sont désespérément muets depuis plus de deux siècles.

L’horreur absolue ? L’emploi des mots est parfois outré lorsque des humains s’expriment et dialoguent. Mais la légende d’Atrée et Thyeste outrepasse vraiment les pires récits. Elle est si terrifiante qu’elle n’a inspiré que trois auteurs dramatiques en deux millénaires[1].

Les autres ont fuient. Ou, prudemment, évité de mettre en scène une abomination susceptible de faire reculer le soleil…

Le point de départ de la légende est simple et assez courant dans la mythologie grecque : Atrée et son frère jumeau Thyeste occupèrent le trône de Mycènes en l’absence du roi Eurysthée. Puis, les deux scélérats assassinèrent leur demi-frère Chrysippe. Tout ceci est d’une affligeante banalité, tout comme le fait que Thyeste devint l’amant d’Érope, la femme d’Atrée. Pareillement, Atrée apprit que son frère avait des relations adultères avec son épouse et décida donc de se venger.

Tout ce qui précède est si banal, si fréquent dans la mythologie comme dans la vie usuelle des hommes, que cela aurait très bien pu ne constituer que quelques lignes dans une très longue chronique consacrée aux vicissitudes d’une humanité tiraillée par ses désirs et ses appétits de pouvoir. Mais c’est ce qui va se passer dans quelques minutes, et sous les yeux de l’astrophysicien, qui terrifia et horrifia tous les commentateurs qui prirent la peine de relater cette monstruosité.

Féru de mythologie, le rouquin sait parfaitement ce qui va se passer désormais. Par ailleurs, son père : William Caldwell, était passionné par le théâtre élisabéthain et le théâtre classique français. Lorsqu’il eut vingt ans, le futur astrophysicien de Stanford eut donc l’occasion de lire l’une des deux meilleures tragédies de Prosper Jolyot de Crébillon : Atrée et Thyeste.

Il se rappelle plus particulièrement les trois dernières scènes…

Et l’idée de se retrouver ici en cet instant lui glace le sang. Vraiment !

Mais il avance quand même. Prudemment.

Quelques soldats mycéniens marchent le long des remparts. Mais ils regardent principalement vers la plaine en contrebas et la rade où dorment sagement les bateaux qui pratiquent un fructueux commerce avec la Crête et certaines villes du Péloponnèse. Le chemin est donc dégagé. Des bruits de voix concrétisent très vite le fait que Thyeste et ses accompagnateurs sont déjà entrés dans le palais d’Atrée.

Car c’est effectivement au cœur de son palais que le roi d’Argos prétend organiser un grand festin afin de symboliser la paix retrouvée entre les deux frères ennemis.

Avançant doucement sous l’implacable soleil mycénien, Phil Caldwell peut enfin découvrir l’entrée de la résidence palatiale. Il redresse le torse et passe tranquillement devant deux gardes casqués et armés qui le dévisagent à peine.

Formant un vaste vestibule, la première salle est fraîche en dépit de la touffeur ambiante. Les murs sont couverts de fresques qui s’inspirent assez directement de l’art minoen qui singularisa la Crête quelques siècles plus tôt au temps du roi Cnossos.

Le bruit des conversations étant de plus en plus présent, il décide crânement de se mêler à la foule des serviteurs des deux rois. Il arrive ainsi dans une seconde pièce, toujours décorée de peintures et de fresques représentant des scènes de la vie quotidienne avec de pimpantes couleurs mêlant le vert, la pourpre et le safran. Contrairement à la majorité des civilisations de l’époque qui privilégiaient la pompe et les faits d’armes, les civilisations minoennes et mycéniennes s’inspiraient de la vie. Les mouvements étaient fluides, souples. Voluptueux souvent.

Mais l’astrophysicien sait parfaitement qu’il n’est pas ici pour étudier l’art mycénien, ni se gorger les yeux de situations cocasses ou libertines.

Il doit assister à l’essence même de ce que peut concevoir l’esprit humain lorsque les racines du mal plongent si profondément en nous qu’elles atteignent et outrepassent l’Enfer !

Il progresse encore en direction du lieu où se déroulera le banquet tout en échangeant quelques banalités dans une langue qu’il ne connaissait pas il y a cinq minutes lorsqu’il est arrivé ici avec une jeune femme blonde, un tigre peureux et une extravagante créature qui se shoote à l’hélium. Les hommes et les femmes qu’il croise sont tous vêtus du péplos ou du chiton. Ils paraissent plutôt calmes. On devine aisément que la réconciliation entre Atrée et Thyeste symbolise une nouvelle ère pour le peuple de Mycènes.

Un poète, peintre et graveur du XVIIIe siècle affirmait : l’exubérance est beauté[2]. En cet instant, Phil Caldwell doit bien admettre qu’ici, l’exubérance est vraiment le reflet de la beauté. Mais celle-ci est fugace. Elle se flétrit toujours. Et, aujourd’hui, cette radieuse beauté où perle encore l’innocence va se flétrir à une vitesse quasiment impensable.

Après avoir discuté pendant quelques instants avec un homme à la musculature impressionnante et une jeune femme accorte et élégante, il arrive enfin à l’entrée du mégaron : la grande salle du trône où Atrée reçoit son peuple, ses conseillers et les différentes ambassades qui viennent jusqu’à Mycènes pour signer des traités ou entériner des échanges commerciaux.

Une gigantesque et somptueuse table de banquet a été dressée afin d’accueillir au mieux son frère. Le roi d’Argos a veillé à ce que la qualité de la présentation et la noblesse des plats symbolisent bien sa volonté de réconciliation avec Thyeste.

L’astrophysicien détaille rapidement l’environnement de cette vaste salle qui fait largement plus de dix mètres de côté sur la base d’un plan parfaitement carré. Des fruits sont disposés un peu partout. Ils donnent une sensation d’abondance que la grande coupe en forme de corne géante et largement échancrée amplifie bien mieux qu’un long discours.

La munificence du roi est sans égale. Les boissons sont omniprésentes et le coloris rubis du vin promet d’éclatantes ivresses.

—Dionysos semble être de la fête… murmure Phil Caldwell 1 sans que quiconque soit en mesure de l’entendre.

En effet, une troupe de musiciens orchestre un vacarme un peu dissonant pour les oreilles d’un homme du XXIe siècle. Des percussions éclatent et tonitruent après chaque discours prononcé par le monarque ou son frère enfin retrouvé. Les convives sont assis ou mangent debout car le désordre ambiant est un peu la norme ici.

Phil Caldwell se dit alors que le caractère cérémoniel, hiératique et guindé, voire austère, que l’on imagine parfois au sujet de cette époque préhomérique ne correspond guère à l’état d’esprit qui règne ici.

Apparemment, les civilisations minoennes et mycéniennes étaient festives, enjouées et promptes à la luxure. On est donc très loin d’une structure guerrière ou théocratique qui privilégierait le culte des armes ou celui de divinités exigeantes et lointaines. Ici, Dionysos règne en maître et le vin coule sans cesse.

L’astrophysicien s’appuie donc le long de l’une des quarante colonnes qui soutiennent le plafond de ce vaste mégaron réservé aux réceptions royales, aux banquets et aux rituels visant à s’attirer les faveurs d’une divinité propitiatoire qui serait susceptible de protéger les ancêtres d’Atrée et Thyeste et de leurs descendants.

La légende mythologique prouve, hélas, que cet espoir fut vain. Mais, en cet instant, aucun des convives ne le sait encore. Et Thyeste moins que quiconque.

Le scientifique profite de cet instant d’effervescence en se laissant bercer par l’euphorie qui affecte tous les convives présents. Un serviteur lui apporte une coupe avec un liquide ambré dont la surface vibre et miroite. Il trempe les lèvres et s’étrangle aussitôt.

—C’est fort ! dit-il en s’essuyant la bouche d’un revers de main.

Mais, décidé à ne pas rester sur un échec, il fait un second essai. Le rouquin aux yeux vert semble prendre goût à cette boisson assez alcoolisée, forte en fruits et qui râpe un peu la gorge.

Il se retourne alors vers l’une des deux extrémités de la table. On y distingue clairement Atrée dont la stature assez corpulente, les cheveux noirs, les sourcils broussailleux et les traits taillés à la hache, illustrent un caractère ombrageux et prompt à l’emportement. Ou à la vengeance…

À côté de lui, Thyeste est plus mince. Mais on retrouve les mêmes singularités physiques propres à sa famille et qui laissent à imaginer un tempérament difficile. Ses lèvres charnues et gourmandes confirment aussi son appétence au sexe et ce n’est certainement pas Érope qui prétendra le contraire. Mais la liaison entre Thyeste et l’épouse de son frère semble oubliée aujourd’hui.

La joie règne et les tourments sentimentaux paraissent être aux antipodes de leurs préoccupations actuelles. Un jeune homme est à côté d’eux. Il s’appelle Plisthène et il est le fruit de l’illégitime union entre Thyeste et Érope.

Les retrouvailles furent émouvantes. Le pardon devenant la norme à Mycènes, chacun peut se réjouir de cette réconciliation qui évitera probablement que d’innocentes victimes payent un lourd tribut à la haine qui peut parfois opposer deux frères.

Les trois hommes discutent depuis un bon moment.

Soudain, Atrée fait un signe au capitaine de sa garde : Alcimédon. Il lui murmure quelques mots à l’oreille. Puis le capitaine des gardes en fait de même avec Plisthène. Les deux hommes s’éloignent.

C’est à cet instant qu’une belle jeune fille brune, elle aussi, s’installe à côté de Thyeste. Théodamie est l’une des filles de Thyeste. Elle l’accompagne à l’occasion de ce long voyage de réconciliation qui permettra, normalement, d’apaiser enfin des querelles familiales qui perdurent depuis beaucoup trop longtemps.

Le banquet se poursuit et le maître de cérémonie annonce que la grande coupe va bientôt apparaître et être disposée au centre de la table.

Phil Caldwell s’approche d’une femme assez âgée qui mange goulûment comme si elle avait été affamée depuis six mois en traversant un désert hostile.

—C’est quoi cette grande coupe ?

—La coupe de réconciliation bien sûr ! répond la vieille femme comme si cette question était absurde. C’est la coupe qui symbolise la paix retrouvée entre les deux frères qui régnèrent, règnent et régneront longtemps encore sur Mycènes !

L’astrophysicien remercie. Puis il s’éloigne de la vieille femme et s’approche un peu plus près de la table. Il doit s’imposer car les femmes et les hommes qui font partie de la délégation accompagnant Thyeste jouent des coudes pour sélectionner les meilleurs morceaux de viande ou de volaille. Il sourit intérieurement en songeant que ce genre de comportement n’a pas vraiment changé depuis 3 300 ans !

Les percussions se déchaînent et tous les regards sont braqués dans la direction où cette fameuse coupe va apparaître entre les mains du cuisinier qui aura préparé un mets exquis à l’attention exclusif des deux frères. Placé là où il est désormais, l’astrophysicien peut enfin bien entendre et bien voir en dépit de la musique qui heurte un peu ses oreilles, des bruits de discussions et de mastications et des heurts répétés de certaines coupes et plats qui échappent régulièrement des mains de convives déjà bien éméchés pour certains.

Atrée est en train de parler à son frère dont la mine s’est renfrognée depuis le départ inopiné de Plisthène. Il cherche son fils du regard. Mais il ne le voit pas.

Atrée le fixe donc et précise :

Cher Thyeste, approchez : d’où naît cette frayeur ?[3]

Quel déplaisir si prompt peut troubler votre cœur ?

Vous paraissez saisi d’une douleur secrète,

Et ne me montrez plus cette âme satisfaite

Qui semblait respirer la douceur de la paix :

Ne serait-elle plus vos plus tendres souhaits ?

Quoi ! De quelques soupçons votre âme est-elle atteinte ?

Ce jour, cet heureux jour est-il fait pour la crainte ?

Mon frère, vous devez la bannir désormais ;

La coupe va bientôt nous unir pour jamais.

Goûtez-vous la douceur d’une paix si parfaite ?

Et la souhaitez-vous comme je la souhaite ?

N’êtes-vous pas sensible à ce rare bonheur ?

Thyeste répond alors :

Qui ? Moi vous soupçonner, ou vous haïr, seigneur ?

Les dieux m’en sont témoins, ces dieux qu’ici j’atteste,

Qui lisent mieux que vous dans l’âme de Thyeste.

Ne vous offensez point d’une vaine terreur

Qui semble, malgré moi, s’emparer de mon cœur :

Je le sens agité d’une douleur mortelle ;

Ma constance succombe ; en vain je la rappelle ;

Et, depuis un moment, mon esprit abattu

Laisse d’un poids honteux accabler sa vertu.

Cependant, près de vous, un je ne sais quel charme

Suspend dans ce moment le trouble qui m’alarme.

Pour rassurer encore mes timides esprits,

Rendez-moi mes enfants, faites venir mon fils ;

Qu’il puisse être témoin d’une union si chère,

Et partager, seigneur, les bontés de mon frère.

Atrée observe un instant Thyeste avant de répondre :

Vous serez satisfait, Thyeste ; et votre fils

Pour jamais en ces lieux va vous être remis.

Oui, mon frère, il n’est plus que la Parque inhumaine

Qui puisse séparer Thyeste de Plisthène.

Vous le verrez bientôt ; un ordre de ma part

Le fait de ce palais hâter votre départ.

Pour donner de ma foi des preuves plus certaines,

Je veux vous renvoyer dès ce jour à Mycènes.

Malgré ce que je fais, peu sûr de cette foi,

Je vois que votre cœur s’alarme auprès de moi.

J’avais cru cependant qu’une pleine assurance

Devait suivre…

Son frère l’interrompt à cet instant :

Ah ! Seigneur, ce reproche m’offense.

Atrée s’adresse alors à l’un des gardes situés très près de lui :

Qu’on cherche la princesse ; allez, et qu’en ces lieux

Plisthène, sans tarder, se présente à ses yeux.

Il faut…

Eurysthène, le maître de cérémonie, apporte à cet instant la grande coupe où fume un ragout qui a l’air succulent.

Quelques morceaux de viande surgissent de la surface et forment de petits monticules.

Atrée est ravi. Il bat des mains et dit aussitôt :

Mais j’aperçois la coupe de nos pères :

Voici le nœud sacré de la paix de deux frères ;

Elle vient à propos pour rassurer un cœur

Qu’alarme en ce moment une indigne terreur.

Tel qui pouvait encore se défier d’Atrée

En croira mieux peut-être à la coupe sacrée.

Thyeste veut-il bien qu’elle achève en ce jour

De réunir deux cœurs désunis par l’amour ?

Pour engager un frère à plus de confiance,

Pour le convaincre enfin, donnez, que je commence.

Atrée, à cet instant, s’empare de la coupe qu’Eurysthène tenait jusqu’à présent soigneusement entre ses mains. Il l’a montre ostensiblement à son frère et aux autres convives en levant légèrement les bras vers le haut.

Thyeste observe ce que fait son frère et reprend aussitôt :

Je vous l’ai déjà dit, vous m’outragez, seigneur,

Si vous vous offensez d’une vaine frayeur.

Que voudrait désormais me ravir votre haine,

Après m’avoir rendu mes états et Plisthène ?

Du plus affreux courroux quel que fût le projet,

Mes jours infortunés valent-ils ce bienfait ?

Eurysthène, donnez ; laissez-moi l’avantage

De jurer le premier sur ce précieux gage.

Mon cœur, à son aspect, de son trouble est remis ;

Donnez. Mais cependant je ne vois point mon fils.

Tout en parlant, Thyeste prend la coupe des mains d’Atrée.

Atrée s’adresse d’abord à ses gardes en parlant de Plisthène :

Il n’est point de retour ?

Puis il se retourne vers Thyeste :

Rassurez-vous, mon frère ;

Vous reverrez bientôt une tête si chère :

C’est de notre union le nœud le plus sacré ;

Craignez moins que jamais d’en être séparé.

En entendant cette phrase, Phil Caldwell commence à frissonner d’une manière totalement incoercible. Ses mains sont glacées. Et moites.

Il se contraint toutefois à observer encore cette scène dont il connaît, hélas, tous les détails.

Thyeste répond immédiatement à son frère :

Soyez donc les garants du salut de Thyeste,

Coupe de nos aïeux, et vous, dieux que j’atteste.

Puisse votre courroux foudroyer désormais

Le premier de nous deux qui troublera la paix !

Et vous, frère aussi cher que ma fille et Plisthène,

Recevez de ma foi cette preuve certaine.

Soudain, Thyeste scrute l’intérieur de la coupe. Il distingue immédiatement des restes humains qui surnagent dans cet abject ragout. Quelques secondes plus tard, il voit la tête de son fils, deux mains aux doigts partiellement coupés. Un morceau de pieds.

Ses yeux s’exorbitent. Il blêmit.

Thyeste est terrifié et, en même temps, il vient de comprendre à l’instant comment se matérialise réellement l’épouvantable vengeance de son frère en réponse à sa liaison adultérine avec Érope.

Il hurle alors :

Mais que vois-je, perfide ? Ah ! Grands dieux ! Quelle horreur !

C’est du sang ! Tout le mien se glace dans mon cœur.

Le soleil s’obscurcit ; et la coupe sanglante

Semble fuir d’elle-même à cette main tremblante.

Je me meurs. Ah ! Mon fils, qu’êtes-vous devenu ?

Il continue à vociférer et s’arrache les cheveux d’épouvante et de rage mêlées.

Théodamie, sa fille, intervient alors en découvrant, elle aussi l’horreur absolue d’un acte combinant la vengeance, le meurtre et le cannibalisme.

L’avez-vous pu souffrir, dieux cruels ? Qu’ai-je vu ?

Ah, seigneur ! Votre fils, mon déplorable frère,

Vient d’être pour jamais privé de la lumière.

Thyeste est foudroyé par la douleur. Il a envie de vomir et maudit son frère qui vient de commettre à l’instant le pire outrage imaginable : faire assassiner l’enfant de son frère et lui proposer de se repaître de son cadavre !

Il invective son frère qui orne désormais son visage d’un sourire diabolique :

Mon fils est mort, cruel, dans ce même palais,

Et dans le même instant où l’on m’offre la paix !

Et, pour comble d’horreurs, pour comble d’épouvante,

Barbare, c’est du sang que ta main me présente !

Ô terre, en ce moment, peux-tu nous soutenir ?

Ô de mon songe affreux triste ressouvenir ?

Mon fils, est-ce ton sang qu’on offrait à ton père ?

Ivre de plaisir, Atrée demande alors :

Méconnais-tu ce sang ?

Les yeux embués de larmes, Thyeste répond :

Je reconnais mon frère.

Atrée s’emporte à son tour. Il rugit et crache en parlant :

Il fallait le connaître, et ne point l’outrager ;

Ne point forcer ce frère, ingrat, à se venger.

Un court silence encapuchonne la salle. Tous les invités du roi de Mycènes sont pétrifiés. Eux aussi ne comprennent pas totalement ce qui vient de se passer. Mais ils ne savent qu’une chose : l’univers et les dieux n’oublieront jamais ce crime épouvantable qui fit reculer le soleil !

Le malheureux Thyeste reprend :

Grands dieux, pour quels forfaits lancez-vous le tonnerre ?

Monstre, que les enfers ont vomi sur la terre,

Assouvis la fureur dont ton cœur est épris ;

Joins un malheureux père à son malheureux fils ;

À ses mânes sanglants donne cette victime,

Et ne t’arrête point au milieu de ton crime.

Barbare, peux-tu bien m’épargner en des lieux

Dont tu viens de chasser et le jour et les dieux ?

Atrée réplique sèchement :

Non, à voir les malheurs où j’ai plongé ta vie,

Je me repentirais de te l’avoir ravie.

Par tes gémissements je connais ta douleur :

Comme je le voulais tu ressens ton malheur ;

Et mon cœur, qui perdait l’espoir de sa vengeance,

Retrouve dans tes pleurs son unique espérance.

Tu souhaites la mort, tu l’implores ; et moi,

Je te laisse le jour pour me venger de toi.

Thyeste observe son frère. Il glisse dans son regard déjà tourné vers l’au-delà le pire poison qu’il puisse concevoir en cet instant de pure terreur.

Atrée et Thyeste – Prosper Jolyot de Crébillon

Puis il dit simplement.

Tu t’en flattes en vain, et la main de Thyeste

Saura bien te priver d’un plaisir si funeste.

Il prend sa courte épée et se poignarde au niveau de la poitrine et du cœur.

Son corps vacille. Puis il tombe en arrière avec un grand fracas.

Ses yeux restent grands ouverts en attendant l’instant où Atropos[4] coupera définitivement le fil de sa destinée.

Théodamie se précipite vers le corps de son père agonisant.

Elle essaie de le prendre dans ses bras. Mais son sang recouvre déjà abondamment sa tunique et le sol.

Elle ne sait pas comment exprimer sa peine et son désarroi et dit simplement :

Ah ciel !

Hoquetant et crachant son sang, Thyeste trouve encore la force de lui dire ces quelques mots avant de mourir :

Consolez-vous, ma fille ; et de ces lieux

Fuyez, et remettez votre vengeance aux dieux.

Contente, par vos pleurs, d’implorer leur justice,

Allez loin de ce traître attendre son supplice.

Les dieux, que ce parjure a fait pâlir d’effroi,

Le rendront quelque jour plus malheureux que moi ;

Le ciel me le promet, la coupe en est le gage ;

Et je meurs.

La mine rubiconde et les yeux pétillant d’une joie malsaine, Atrée conclut :

À ce prix, j’accepte le présage :

Ta main, en t’immolant, a comblé mes souhaits,

Et je jouis enfin du fruit de mes forfaits !

Phil Caldwell a l’horrible sensation que son cœur vient de s’arrêter de battre. Il essaie de déglutir. Mais il n’y parvient pas. Une partie de son corps ne lui répond plus : ses yeux. Ils fixent obstinément la grande coupe qu’Atrée a déposée sur la grande table. De l’endroit où il se trouve, il distingue aisément le crâne de Plisthène et une de ses mains.

L’astrophysicien veut détacher son regard du symbole de l’horreur absolue commise par le roi de Mycènes. Il veut fuir et vomir. Ou l’inverse. Mais ses yeux s’y refusent. Il s’invective lui-même afin de redonner force et vigueur aux muscles de ses jambes qui sont, eux aussi, tétanisés par l’effroi.

Après plusieurs tentatives infécondes, l’astrophysicien parvient enfin à maîtriser ses désordres personnels où l’émotionnel et le psychique tyrannisent le corporel.

—Fuir. Fuir… Tout de suite ! soliloque-t-il sans se soucier des autres convives.

Il est vrai que les femmes et les hommes qui se réjouissaient, buvaient, s’empiffraient et se lutinaient parfois derrière certaines de quarante colonnes sont désormais, eux-aussi, en proie à la sidération la plus absolue.

Le comportement agité de Phil Caldwell 1 n’a donc aucune chance d’accaparer l’attention d’êtres humains qui sentent progressivement les abîmes de l’Enfer s’ouvrir sous leurs pieds.

Le réflexe de l’astrophysicien : fuir ce lieu maudit, est partagé sans aucune équivoque par les autres convives. La majorité des accompagnateurs de Thyeste repartent donc vers le bas afin de rejoindre leurs bateaux. L’astrophysicien suit la trajectoire exactement opposé.

Il court vers les rideaux d’arbres millénaires qui recouvrent le sommet de la colline située au-dessus du palais royal et son impressionnante muraille de pierres taillées par des titans.

Il court. Un goût de sang lui envahit la bouche. Mais il s’obstine.

Quelques minutes plus tard, il arrive enfin près des troncs majestueux dont l’épaisse écorce les protège des monstruosités du monde.

—Les arbres ont beaucoup de chance, murmure Phil Caldwell 1 en ralentissant un peu sa course.

Devant lui, une mare de mercure l’attend. Ses trois amis sont là.

—Alors ? demande l’anomalocaris d’une voix plus suraiguë encore qu’à l’accoutumé.

Tout en plongeant avec eux dans cette masse de mercure liquide où ils vont se noyer, une fois de plus, il trouve simplement la force de dire :

—Je suis mon pire cauchemar !

[1] Sénèque, au premier siècle après J.-C., De Monléon au XVIIe siècle (1638)  et Prosper Jolyot de Crébillon au XVIIIe siècle (1707).

[2] William Blake dans Le Mariage du Ciel et de l’Enfer (1793).

[3] À partir de cet instant, les dialogues qui suivent en italique reprennent tous fidèlement les vers 1408 à 1525 (soit l’intégralité des scènes 6, 7 et 8 de l’acte V) de la tragédie de Prosper Jolyot de Crébillon : Atrée et Thyeste. Cette pièce fut représentée pour la première fois le 17 Mars 1707.

[4] Dans la mythologie grecque, les trois Moires sont les divinités du Destin. Clotho tisse le fil de la vie, Lachésis le déroule  et Atropos le coupe.

Les auteurs de L’Outre-blanc.

Salon Lire à Limoges le 31 Mars 2017

Gil et Oksana à Lire à Limoges 2017

Nous avons participé au salon Lire à Limoges le 31 Mars 2017.

Ce salon est l’un des 5 plus importants salon du Livre en France. Il reçoit chaque année plus de 25 000 visiteurs et 300 auteurs.

En dépit d’un temps pluvieux nous avons pu rencontrer beaucoup de lecteurs. Un moment précieux d’échanges avec celles et ceux qui apprécient nos romans.

Nos sept livres publiés en version papier étaient disponibles sur un immense stand où nos ouvrages côtoyaient les livres de Yasmina Khadra, de Mazarine Pingeot et de Nancy Huston…

Voilà quelques photos de ce salon.

Tous nos livres en présentation hormis La crypte des fantasmes qui, pour l’instant, n’existe qu’en édition numérique.

Le vendredi il y a déjà beaucoup de monde, mais le samedi c’est la foule !

Promotion de L’outre-blanc.

L’affiche du salon.

Prêts !

Gros plan sur les auteurs.

La documentation donnée par les organisateurs du salon à chacun des 300 auteurs présents.

Présentation de notre séance de dédicace sur Facebook

Plein de livres à dédicacer…

La Plume d’argent Imaginaire 2017 pour Zalmoxis !

Zalmoxis : Plume d'argent Imaginaire 2017

Zalmoxis : Plume d’argent Imaginaire 2017

Notre avant-dernier roman : Zalmoxis (paru en Mai 2016 aux Éditions Rivière Blanche) vient d’obtenir la Plume d’argent Imaginaire 2017 lors du Prix des lecteurs Plume libre

Voilà le lien :

http://www.plume-libre.com/index.php?option=com_content&view=article&id=3574:resultats-des-prix-plume-libre-2017&catid=126

Les auteurs

Les auteurs

Vous trouverez ci-dessous trois chroniques récemment parues :

Zalmoxis, septième roman du duo constitué par l’actrice X Oksana et l’ancien responsable de la FNAC Gil Prou, est la suite du second, Katharsis. Pourtant, là où ce dernier tenait surtout du thriller pré apocalyptique, Zalmoxis se rapproche davantage de Cathédrales de brume, premier effort des deux auteurs.

L’intrigue prend place au XXIXe siècle, alors que la Terre est toujours sous le coup de la catastrophe sans précédent intervenue à la fin de Katharsis. Mais de cette nouvelle glaciation, quelques bribes d’humanité sont parvenues à survivre. Il y a d’abord les occupants des deux dernières cavernes artificielles bâties comme des arches de Noé modernes, baptisées Zalmoxis 1 et 2. Régies par des systèmes monarchiques et théocratiques, ses populations ont en grande partie régressé, occupant leur temps à des fêtes, des cérémonies religieuses consacrées à Tiamat ou Kali, et à jouer…au bilboquet !

Toutefois, les appareillages de survie montrent des signes d’usure certaine, et la tension monte entre les deux cavernes, ennemies héréditaires, ainsi qu’au sein de chacune : Zalmoxis 1 est ainsi déchirée par la rivalité entre la reine et sa sœur, qui se répercute jusque dans la grotte voisine…

L’autre rameau d’humanité survivant, on le trouve dans le système solaire. La première expédition martienne, qui avait débarqué sur la planète rouge dans Katharsis, a en effet pris contact avec des civilisations extra-terrestres, ce qui a permis à ses membres de connaître une forme d’augmentation. Désormais, leurs descendants cumulent en chacun d’eux l’expérience et le souvenir de tous leurs aïeux. Nommés par le patronyme d’un personnage historique, de Marco Polo à Dürer en passant par Sémiramis ou Richard Cœur de Lion, ils occupent leurs temps dans des joutes philosophiques et hédonistes, volontiers sensuelles et charnelles, répartis entre Mars et la base située dans l’atmosphère de Jupiter. Leurs amis extra-terrestres en choisissent toutefois plusieurs afin de les accompagner dans une mission d’ambassade extraordinaire. La Confédération des Trois Amas, dont ils font tous partie, y compris ce qui reste d’humanité, est en effet menacée par des espèces agressives et expansives venues d’une autre galaxie…

Le vaisseau des Khataphractä arrive près de la planète Nepenthiüm

Le vaisseau des Khataphractä arrive près de la planète Nepenthium

En soi, le sujet de Zalmoxis n’est pas extrêmement original. Ce qui l’est plus, c’est le style adopté et les descriptions fleuries. On retrouve des mondes baroques, comme dans Cathédrales de brumes, des protagonistes légèrement surjoués, des relations humaines exacerbées, des descriptions ampoulées, usant d’un vocabulaire multicolore et volontiers savant et/ou désuet, une esthétique très visuelle tenant à la fois d’Interstellar et de Jupiter Ascending. Autre élément attractif, la dimension cosmique et légèrement hard science du propos, qui va jusqu’à embrasser le multivers, objectif d’une des espèces invasives. L’univers grouille ici littéralement de vie, et les amateurs d’extra-terrestres plus exotiques les uns que les autres seront aux anges. Quant à la réunion des deux rameaux séparés de ce qui reste d’humanité, elle s’apparente à une union du passé et du présent, de la sauvagerie ancestrale et de la sagesse post-post-moderne. Un motif d’ailleurs présent dans la longue durée de cette thématique d’une nouvelle glaciation touchant la Terre, puisque on la trouve déjà chez René Thévenin, dans les années 1930, avec Sur l’autre face du monde.

Une lecture à conseiller peut être en priorité aux amateurs confirmés de science-fiction, mais qui ne manque pas de piquant. D’autant qu’un troisième volume est plus que probable, l’intrigue demeurant ouverte, avec l’arrivée des fameux envahisseurs…

Wagoo

Murasaki Shikibu a un rôle important...

Murasaki Shikibu a un rôle important…

L’humanité s’est suicidée le 22 juillet 2033 à 3 heures GMT.

Huit siècles plus tard, il n’y a plus aucun être humain à la surface d’une Terre pétrifiée dans la glace.

Mais quelques rescapés survivent encore. Ailleurs !

Les lointains descendants se répartissent désormais en deux groupes que tout oppose. Les premiers vivent au sein des deux dernières cavernes Zalmoxis qui ont résisté à la destruction totale de l’humanité. Les seconds sont les descendants des douze courageux explorateurs s’étant posés sur Mars quelques mois après les éruptions des deux supervolcans qui dévastèrent notre planète.

Une guerre fratricide opposant les occupants des deux cavernes Zalmoxis, ceux-ci risquent de s’autodétruire totalement. Raffinés et sensuels, les humains de Mars ont besoin des humains enfouis dans les entrailles de la Terre et qui ne songent qu’à s’étriper bestialement.

Arriveront-ils à sauver à temps ZALMOXIS?

Zalmoxis est une sorte de suite à Katharsis roman paru en 2010. Il se situe 800 ans plus tard et ne reprend donc pas les personnages de ce roman. Zalmoxis peut donc être lu de manière indépendante même si la fin du roman, ainsi que de nombreuses informations, vous gâcheraient la lecture de Katharsis.

L’histoire commence dans la chaleur moite des grottes de Zalmoxis. Un régime moyennageux dirige les deux grottes. Les sacrifices humains pour plaire aux différents dieux sont légion. Dans ce contexte très précaire, la lutte entre les deux grottes de Zalmoxis mèneront peut-être le reste de l’humanité à sa perte.

Ce duo d’auteur a sans conteste un style inimitable. Irritant pour certains, fascinant pour d’autres, ce qui est sûr c’est qu’Oksana et Gil Prou ne laissent pas indifférents. L’une des caractéristiques propres, à quasi tous leurs romans, est qu’ils se méritent. Les auteurs ne mâchent pas le travail pour le lecteur, celui-ci est acteur de l’histoire et fournit, au moins au début, un effort pour rentrer dans l’histoire et surtout dans le style des Prousana (néologisme dont je m’excuse d’avance). Mais une fois passée cette petite barrière, le lecteur ne peut être que conquis par la puissance des images et la force de l’histoire.

Surtout que là, les auteurs ont vu les choses en grand, car Zalmoxis est le premier tome d’une trilogie, autrement dit l’histoire et les thèmes brassés sont extrêmement vastes. Il en ressort un souffle dans l’écriture qui vous fait voyager. L’imagination des Prousana est toujours aussi fertile et si la multitude de personnages rend parfois la compréhension complexe, le récit lui en ressort enrichi. Reste quelques scènes un peu dérangeantes par le côté violence un peu trop gratuite à mon goût, mais la fin du roman nous démontre l’importance de montrer cette violence. Les scènes de sexe sont nettement moins dérangeantes…

Il faut noter aussi la part belle aux personnages féminins superbement croqués, allant de la Reine majestueuse à la guerrière impitoyable. Les auteurs sont particulièrement à l’aise pour décrire les psychés féminines et leur capacité à créer des personnages profonds participe à notre attachement à l’histoire.

Zalmoxis, malgré un début de roman un peu rude, est un livre magnifique qui va vous emporter loin et pour longtemps et, pour une fois, en refermant ce livre, le lecteur sera soulagé de savoir qu’il reste encore deux tomes, soit encore deux doses de plaisir à venir.

Zalmoxis est paru en mai 2016. Éditions Rivière Blanche

La caverne Zalmoxis 2

La caverne Zalmoxis 2

Plume Libre

Pour celles et ceux ayant eu la possibilité de lire Katharsis (anciennement publié chez Interkeltia Éditeur en 2010 et réédité par Multivers Éditions fin 2016), sachez que Zalmoxis, récemment publié chez Rivière Blanche, en est la suite. Autrement dit, l’histoire du roman se déroule APRÈS la catastrophe cataclysmique! Pour les autres, sachez que Zalmoxis décrit un monde post-apocalyptique.

Le quatrième de couverture résume bien cet état de fait:

«L’humanité s’est suicidée le 22 juillet 2033 à 3 heures GMT. Huit siècles plus tard, il n’y a plus aucun être humain à la surface d’une Terre pétrifiée dans la glace. Mais quelques rescapés survivent encore. Ailleurs! Les lointains descendants se répartissent désormais en deux groupes que tout oppose. Les premiers vivent au sein des deux dernières cavernes Zalmoxis qui ont résisté à la destruction totale de l’humanité. Les seconds sont les descendants des douze courageux explorateurs s’étant posés sur Mars quelques mois après les éruptions des deux supervolcans qui dévastèrent notre planète. Une guerre fratricide opposant les occupants des deux cavernes Zalmoxis, ceux-ci risquent de s’autodétruire totalement. Raffinés et sensuels, les humains de Mars ont besoin des humains enfouis dans les entrailles de la Terre et qui ne songent qu’à s’étriper bestialement. Arriveront-ils à sauver à temps ZALMOXIS ?»

Avec Zalmoxis, Oksana & Gil Prou, le duo de romanciers imaginatifs, nous livrent une vision colorée mais sombre de l’après cataclysme engendrée par les humains.

Sur la Terre dévastée survit une poignée d’individus au sein de cavernes jumelles profondément enfouie dans l’écorce terrestre, en-dessous de ce qui a été, autrefois, l’Amazonie. La promiscuité, les privations, l’absence de lumière solaire, et la dégradation inexorable de leur environnement comme de leur moral entraîne ces survivants de l’apocalypse vers une dérive de sentiments toujours plus exacerbés. Désormais les fidèles d’anciennes divinités (égyptiennes, aztèques, hindoues et mésopotamiennes), la vie de ces habitants se trouve rythmée par les sacrifices humains et le jeu de bilboquet devenu une sorte de sport. Hélas, en parallèle, des appels à la violence s’élèvent tandis que la lutte pour le pouvoir enflamme les cœurs.

Or, quoi de plus dangereux qu’un affrontement à l’intérieur d’une enceinte close ?

Ailleurs, dans l’espace, d’autres survivants sont également séparés en deux entités. Une base pressurisée située sur Mars et une autre près de Jupiter. La grande différence avec les autres représentants de leur peuple vivant sous l’écorce terrestre, les descendants des astronautes vivent plutôt bien. La technologie demeure à leur service et ils profitent des avancées high-tech de leurs alliés. Qui plus est, ils sont à la veille d’être intégrés à une vaste Confédération galactique rassemblant plus de mille trois cent espèces intelligentes. Hélas, sous cette apparence idyllique se cache bien des maux, tant psychologiques que physiques.

De plus, la Confédération se trouve opposée à un adversaire venu d’une certaine Galaxie Noire. De quoi entraîner bien des bouleversements dans l’existence des pionniers Terriens.

La redoutable Asharaddon, demi sœur et ennemie jurée de la reine Oryxianna

La redoutable Asharaddon, demi sœur et ennemie jurée de la reine Oryxianna

En décrire trop pourrait vous gâcher le plaisir de la lecture.

Sachez tout de même que Zalmoxis vous permettra de retrouver le style incomparable, pour ne pas dire inimitable, du duo Oksana & Gil Prou. Que cela soit au gré des descriptions vestimentaires comme des décors, de la psychologie des protagonistes évoluant au fil des pages, mais aussi du style original, vous pourrez laisser vagabonder votre imagination dans cet univers d’anticipation, flirtant avec le hard-science, riche en couleurs comme en surprises en tout genre.

Qui plus est, Zalmoxis étant un pavé de plus de cinq cent pages, vous aurez tout le temps nécessaire pour apprécier les aventures vécues par ces survivants de la folie meurtrière des hommes déchaînée huit siècles plus tôt.

Si vous hésitez, n’hésitez pas à lire le premier chapitre offert en téléchargement par la maison d’édition : Rivière Blanche.

Fort de leurs précédents succès littéraires, Oksana & Gil Prou viennent de faire paraître leur huitième roman, titré L’outre-blanc, sorti en mai 2016 aux Éditions Fleur Sauvage, et dont Khimaira vous parlera bientôt.

Pour votre information, et en guise de conclusion, les deux écrivains nous informent que Zalmoxis est le premier volet d’une trilogie de science-fiction qui se poursuivra avec Nyx et Thanatos et Le testament de la lumière. Tout un programme en perspective!

Khimaira

Des mondes inédits, des êtres hallucinants. Des destins à l'échelle de l'univers...

Des mondes inédits, des êtres hallucinants. Des destins à l’échelle de l’univers…

Chronique de L’outre-blanc dans la revue Keep Watching the Skies ! de Janvier 2017

Présentation de L'outre-blanc aux Halliennales (Octobre 2016)

Présentation de L’outre-blanc aux Halliennales (Octobre 2016)

Une excellente chronique de L’outre-blanc dans le N° 79 de la revue KWS (Keep Watching the Skies!)
L’expédition Orpheus s’enfonce au cœur de la jungle sud-américaine, à la frontière entre le Venezuela, le Guyana et le Brésil. Dirigée par Karin Stockhausen, héritière de l’une des familles les plus riches du globe, cette mission scientifique attire l’attention de la pire des engeances. Sous couvert d’un discours politicorévolutionnaire, un commando s’empare de la dizaine d’hommes et de femmes qui composent le petit groupe et réclame une forte rançon. Afin de prouver sa détermination, le chef de ces rebelles n’hésite pas à frapper, torturer ses prisonniers et finit par tuer l’un des otages. C’est en étant décapité par ce fou furieux que commence l’étrange odyssée de Phil Caldwell.
Moins hermétique que Cathédrales de brume, qui jouait avec la théorie des cordes, et qui était le tout premier roman de l’improbable duo littéraire formé par l’ex-star du X Oksana et l’ancien journaliste Gil Prou, L’Outre-blanc débute comme un récit d’aventures. On suit ainsi un groupe de scientifiques dont l’objectif importe peu, car ils ne pourront jamais l’atteindre. Armés de leur simple volonté de découverte, ils se heurtent à la violence d’un preneur d’otages psychopathe et de ses vils séides. Au fil des chapitres, la véritable nature du chef du commando se révèle, tout comme les failles de certains des explorateurs coincés au plus profond de la jungle, entre la terreur de souffrances annoncées et la peur de mourir. Et c’est justement la mort par décapitation de l’un des membres du groupe qui fait basculer L’Outre-blanc dans une tout autre dimension, le thriller cède la place à quelque chose de totalement différent.

Nos préfaciers : Jean-Claude Dunyach et Bernard Werber

Nos préfaciers : Jean-Claude Dunyach et Bernard Werber

En perdant la tête, au sens propre, Phil Caldwell, le non-héros de ce livre, nous entraîne dans une étrange quête au cœur d’un univers d’outre-tombe à la blancheur immaculée. Le Phil Caldwell qui renaît après son décès brutal n’est qu’une ébauche d’être humain, nu comme au premier jour et à la peau aussi blanche que le monde qu’il découvre. Ce Phil Caldwell n’est pas seul à arpenter ce territoire laiteux et inconnu, il rencontre d’autres individus qui disent s’appeler Phil Caldwell comme lui, mais qui ont des apparences diverses, masculines, féminines ou même animales. Ce sont des milliers de lui-même qui parcourent cet espace de blancheur dont ils cherchent à percer les secrets. Accompagné d’une Phil Caldwell très en formes, d’un Phil Caldwell tigre et d’un Phil Caldwell anomalocaris, le Phil Caldwell originel voyage à travers le temps et flirte avec l’infini. Il assiste ainsi à la fin du système solaire et à la création d’un nouvel univers dont l’origine est une décapitation, la sienne.
Oksana et Gil Prou ont le chic pour surprendre le lecteur avec des récits qui échappent à toute classification. Fort heureusement, dans leur préface à quatre mains, Jean-Claude Dunyach et Bernard Werber ont trouvé le qualificatif idéal pour définir cet Outre-blanc avec le terme de « métaphysique fiction ».
—Philippe Paygnard
KWS (Keep Watching the Skies!) n° 79 / janvier 2017

Les auteurs avec deux lecteurs lors des Halliennales

Les auteurs avec deux lecteurs lors des Halliennales