Chronique de Katharsis

Katharsis publié en 2010 chez Interkeltia

Katharsis publié en 2010 chez Interkeltia

Une nouvelle chronique de « Katharsis » par un lecteur : Greg Hocfell

Ce thriller écologiste a été préfacé par le philosophe et naturaliste Yves Paccalet qui a coécrit une vingtaine de livres avec le Commandant Cousteau.

Le roman est paru en 2010 chez Interkeltia.

Il est disponible sur le site de la FNAC : http://livre.fnac.com/a2795391/Oksana-Katharsis#st=Katharsis&ct=Livre&t=p

On le trouve aussi chez Amazon : http://www.amazon.fr/Katharsis-Gil-Prou-Oksana/dp/2357780215/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1400416358&sr=1-2&keywords=Katharsis

Rappelons que « Katharsis » sera suivi d’un autre roman que nous avons déjà écrit : « Zalmoxis » et qui paraîtra normalement en 2015.

Zalmoxis (la suite de Katharsis) parution en 2015

Zalmoxis (la suite de Katharsis) parution en 2015

 

D’entrée de jeu, le ton est donné avec le choix de cette couverture où on voit des astronomes observant une éclipse, une œuvre d’Antoine Caron, mais on est bien loin de se douter de ce qui nous attend en lisant l’énorme opus de Gil Prou et Oksana, deux auteurs qui nous projettent, au fil des pages, dans un avenir proche, où les terroristes qui menacent soudain le monde, l’humanité, ne sont plus ceux auxquels on pense en ces temps d’actualité troublés.

Et si des écologistes désabusés, écœurés, posaient un ultimatum aux puissants de ce monde ?

Et si les éventuels barbus ou autres religieux fanatiques, les dictateurs cocaïnés ivres de leur égo, n’étaient plus à l’ordre du jour, en cette année 2033 ?

Pas de conflits entre deux civilisations, l’une orientale, l’autre occidentale, plus de nouvel ordre dit mondial insidieusement glissé dans les plans de conquête les plus secrets, non, juste un petit groupe dissimulé dans les profondeurs de la Terre, à un point bien stratégique, qui décide de faire prendre conscience à toutes et tous, via les moyens de communications dernier cri – les fameux Xylic -, à travers de longs messages écrits et dictés où il est question, grosso modo, de dire « Voilà où nous en sommes, voilà où toute cette consommation de ressources naturelles, technologiques, commerciales nous ont conduit, aussi nous allons faire sauter le monde par le pouvoir du feu nucléaire… »

La réalisation n’y va pas de main morte : l’histoire fait monter une tension qui va crescendo autour d’une certaine Katrin Thoroddsen, secrétaire générale de l’ONU, une femme emblématique, charismatique, forte et qui parait ne jamais devoir être déstabilisée, jusqu’au jour où…

Ces écolos qui ont largué moutons, montagne et fumette sont bel et bien en position de force, ils ne sont pas en haut de la falaise à nous pisser dessus, non, mais bien au centre de la Terre, près d’un « supervolcan« , à caresser des ogives nucléaires pendant que l’un d’entre eux hésite à presser le « gros bouton rouge »…

A travers les conversations, nous, lecteurs, lectrices, nous avons un compte-rendu de l’état de la planète. Et c’est plutôt ballot. Ce sont des tracasseries à tous les points du globe, entre le réchauffement climatique, l’épuisement des ressources, les conflits de civilisations, les révoltes, les crève-la-dalle plus nombreux que les étoiles… fiouf !

Katharsis : d'abord vint la nuit

Katharsis : d’abord vint la nuit

On se met à tergiverser malgré tout, Gil Prou et Oksana veulent nous faire réfléchir, nous aussi, planqué derrière notre bouquin, au soleil. Et ils y arrivent.

Oh, il y a bien quelques fellations çà et là, entre un magnétique Goran et sa sulfureuse étudiante ukrainienne, mais ce n’est presque pas assez pour nous rassurer, même si rien ne vaut parfois une bonne petite pipe pour calmer le jeu…

On sent la culture de Gil Prou et de sa complice, et la connivence qui leur a fait écrire une histoire qui se lirait presque d’une traite.

Si KATHARSIS aurait eu toutes les chances d’être un chouette bouquin de science-fiction pour un été situé dans les années 70, un gros burger super bon à dévorer à l’ombre d’un parasol sur une plage ivoirine, ce n’est plus le cas aujourd’hui. KATHARSIS fait salement flipper, « prendre conscience« , à des cons comme moi, misérable machin qui ne peut qu’opiner en répétant : « Bah oui, c’est sûr, c’est grave mais qu’est-ce qu’on peut faire ?…« 

Juste une chose, cependant, histoire de faire baisser l’audimat : les dialogues parfois un peu beaucoup trop châtiés entre certains protagonistes, par exemple : deux cyclistes ont un vocabulaire que je n’ai pas quand j’ouvre ma grande gueule, et deux individus retournés à l’âge de pierre, à la fin, m’ont fait découvrir le mot « ténébrosité », wowww…

Mis à part ça, cette histoire m’a happé, et elle apporte beaucoup à notre conscience, et ça, c’est l’essentiel.

Une grande histoire !

 

Greg Hocfell

Katharsis : puis vint le froid...

Katharsis : puis vint le froid…

Katharsis : la préface d’Yves Paccalet (« La vengeance de la Terre »)

 

Commençons notre voyage au sein des secrets de Katharsis par la préface que le philosophe et naturaliste Yves Paccalet a rédigée pour notre thriller.

Le titre de cette préface est explicite : « La vengeance de la Terre » !

L’intrigue de « Katharsis » se situe effectivement au cœur d’une vengeance terrible : celle d’une planète torturée, dévastée ; et qui se venge enfin…

L’outil de cette vengeance est symbolisé ici par la plus effroyable menace naturelle susceptible d’anéantir l’humanité : l’éruption cataclysmique d’un supervolcan !

Ecoutons Yves Paccalet : « À l’exception de ceux qui y vivent, de quelques touristes et de rares concurrents de « Questions pour un champion », nul ne connaît le lac Toba. Il occupe le centre de l’île indonésienne de Sumatra. Il est immense : environ 100 kilomètres de longueur sur 30 de largeur. C’est la caldeira, le vaste « chaudron », aujourd’hui rempli d’eau (on y trouve même une île dans l’île nommée Samosir), d’un volcan dont l’éruption désastreuse et formidable, dix mille fois plus puissante que celle du mont Saint-Helens aux États-Unis, ne fut pas loin d’anéantir l’espèce humaine il y a de cela 75 000 ans. Le prodigieux nuage de poussière envoyé dans la stratosphère par ce cataclysme se déploya autour de la Terre et fit un voile à la lumière du Soleil. Plusieurs années d’intense refroidissement climatique en furent la conséquence, tandis que s’abattaient des déluges de pluies acides qui stérilisaient la terre et la mer.

Notre espèce (oui : nous, les Homo sapiens, les « hommes sages » comme nous nous baptisons avec une vanité délicieuse et délirante à la fois) en était à mi-parcours. Elle avait commencé son aventure en Afrique orientale, il y a environ 150 000 ans. Et c’est ainsi, dans les catastrophes de son moyen-âge, qu’elle faillit arrêter son parcours… En ce temps-là, la science vous le dit, elle fut réduite à quelques milliers de sujets assoiffés, affamés, terrorisés, incertains du lendemain, souvent même sans espoir, mais qui survécut au déchaînement des éléments, et dont nous sommes, aujourd’hui, tous issus. Tous cousins, tous rescapés des fureurs du Toba de Sumatra…

Nous avons des raisons de penser que l’humanité actuelle est une miraculée. Mais que, lors du prochain cataclysme, elle pourrait figurer au rang des victimes définitives ».

L’intrigue se dévoile progressivement. On peut la résumer ainsi.

D’un côté : une organisation écoterroriste qui organise un chantage sur une période courte -18 jours- avec trois revendications simples (que nous examinerons dans les trois prochains articles) et en utilisant la menace d’une sanction apocalyptique dont les modalités sont progressivement précisées tout au long du thriller.

De l’autre côté : un monstre tapi dans l’écorce terrestre et dont l’éruption pourrait définitivement décimer la civilisation humaine en créant un « hiver volcanique » susceptible de se prolonger pendant plusieurs siècles…

La parole est désormais aux lectrices et lecteurs car, comme le précise Yves Paccalet à la fin de sa préface : « Au lecteur de se jeter dans l’intrigue d’un roman où la caste des méchants se livre à cet ultime chantage : la vie ou la mort de notre genre, sur une Terre qui a nourri plus d’un scélérat, et qui pourrait bien, un jour prochain, ne plus avoir envie d’en porter d’autres ! ».

La « caste des méchants » est bien là !

Nous évoquerons les termes de son chantage planétaire dès le prochain article…

Le texte complet de la préface est accessible ici : http://www.interkeltia.com/Prefaces/prefacekatharsis.htm

Voici le lien vers le blog d’Yves : http://www.yves-paccalet.fr/blog/a-propos/

Oksana & Gil

Chronique de Katharsis sur le site L’Autre Monde

L'Homme du XXIe siècle sera-t-il responsable de la 6e extinction de masse affectant notre planète ?

Décidément Oksana et Gil Prou n’ont pas fini de nous surprendre. Avec leur nouveau roman, les deux auteurs nous offrent un thriller d’anticipation écologique et apocalyptique.

Le principe est simple : en 2033, une organisation éco-terroriste vient de lancer un ultimatum aux nations. Si dans 18 jours aucun accord n’a été trouvé pour répondre à leurs 3 revendications (réduire de 50% les émissions de gaz à effet de serre, supprimer l’esclavage économique et arrêter de détruire les forêts), les éco-terroristes supprimeront l’Homme de la surface de la Terre. Puisque l’être humain ne fait que piller les ressources naturelles sans se soucier du lendemain, il est devenu un poison pour la Terre.

Toutes les tentatives d’accords se sont soldées par des échecs. Alors, en ayant le couteau sous la gorge, peut-être que les pouvoirs politiques prendront enfin les décisions qui s’imposent depuis plusieurs dizaines d’années ?

Ou peut-être pas !

Nous allons suivre les débats qui vont animer l’ONU, qui en 2033 est aussi inefficace qu’à l’heure actuelle. Et découvrir que malgré le bon sens des revendications des éco-terroristes, les chefs d’état dans leur grande majorité ne vont s’occuper que de leur petit nombril en se demandant : est-ce que la menace est réelle ? Est-ce que mon pays risque quelque chose ? Pourquoi devrais-je négocier avec des terroristes ?

Enfermés dans leurs tours d’ivoire, les décideurs politiques vont se détourner de l’essentiel du message de l’organisation terroriste : il faut agir pour sauver la planète sinon nous allons tous mourir dans 18 jours.

Nous assisterons aux échanges entre chefs d’Etat, aux réunions préparatoires organisées par Katrin Thoroddsen, la Secrétaire Générale des Nations Unies, mais également aux réactions des simples citoyens, comme le blogeur Goran Janacek de Sarajevo, la famille Vintilhac dans les Cévennes etc. Avec quelques intermèdes dans une navette spatiale à destination de Mars renfermant 12 scientifiques en mission pour la Nasa. Chaque début de chapitre étant consacré à un aborigène australien qui est occupé à dessiner un serpent arc-en-ciel.

Les communiqués qui sont envoyés par l’organisation terroriste font monter la pression crescendo, en livrant les informations au compte gouttes sur la façon qu’ils ont choisi pour déchaîner les enfers sur Terre, si rien n’est fait.

Ce roman d’anticipation ne fait que légèrement grossir le trait par rapport à notre situation actuelle. Il suffit de voir ce qu’a donné, ou plus exactement n’a pas donné, le Sommet de Copenhague. Même sans être sensible à la mouvance écologique, le plus bête des hommes ne peut que constater l’épuisement des ressources naturelles et leur disparition (derniers exemples en date : le thon rouge, que le japon continue de consommer plus que de raison et les ravages forestiers que produit le développement de l’utilisation de huile de palme dans l’industrie agro alimentaire).

De ce fait, les revendications des éco-terroristes et leurs différents plaidoyers pour une réaction forte des états sonnent comme un cri du cœur et non comme un chantage odieux. C’est la réaction des gouvernements qui va vous faire hurler en lisant Katharsis, car ce roman d’anticipation pourrait se révéler être notre triste réalité dans quelques années.

Espérons qu’Oksana et Gil Prou pourront éveiller quelques consciences supplémentaires avec leur roman. D’autant que le texte est émaillé de nombreuses citations littéraires et d’explications scientifiques (tectonique des plaques, théorie des cordes etc).

Katharsis n’est pas un simple roman écolo-futuriste que tout le monde pourrait écrire. Il s’agit d’un plaidoyer pour sauver la planète, qui met en exergue les prises de conscience que des auteurs classiques ou des philosophes anciens. Les références utilisées par Oksana et Gil Prou ne sont pas un catalogue pour exposer leur culture générale, mais une invitation à aller plus loin dans la réflexion.

Car Katharsis ne doit pas rester un simple livre qui, une fois votre lecture achevée, se retrouvera à prendre la poussière dans votre bibliothèque. Il faut que vous en parliez autour de vous, que vous prêtiez ou offriez Katharsis à vos amis, car n’oubliez pas une chose : les décideurs politiques sont élus. Et vous avez la possibilité de les obliger à prendre en considération la planète que nous foulons du pied tous les jours.

Vous savez ce qui vous reste à faire (tout du moins si vous habitez dans une démocratie…).

Cependant n’allez pas croire que Katharsis est un manifeste politique. Ce livre reste un roman d’anticipation, et donc avant tout un objet culturel, qui vous permettra de passer un très bon moment en vous faisant peur, en imaginant ce qui pourrait arriver de pire à la notre belle planète dès demain.

Mais pour aujourd’hui tout va bien… Enfin, tout ne va pas si mal.

 Lien : http://lautremonde.radio.free.fr/litterature.php?id=662 

Xavier

« Katharsis » : parution fin Février 2010

Couverture de Katharsis

Katharsis

ISBN 978-2-35778-021-7

Formule AntiCrise : 16,50 €

Juillet 2033 : la Terre est désormais surpeuplée et le climat se réchauffe irréversiblement. Les tensions sociales s’accroissent et les émeutes de la faim se mêlent aux guerres pour la maîtrise du bien le plus précieux qui soit : l’eau.
Brutalement, l’humanité découvre les modalités d’un chantage orchestré par une mystérieuse organisation écoterroriste : Katharsis. Si ses principales revendications ne sont pas acceptées et validées par les Nations Unies dans un délai de trois semaines, une sanction terrifiante menacera l’existence même de notre civilisation.
Nucléaire et tellurique, la nature de cet ultimatum est progressivement révélée. Jusqu’à son issue finale… Claquemurés dans une navette spatiale aux dimensions exiguës, les premiers navigateurs pour Mars découvrent alors notre fantastique capacité de déréalisation de l’avenir. Au même instant, la Secrétaire Générale des Nations Unies doit négocier l’impossible avec 210 pays aux intérêts divergents, un journaliste vivant à Sarajevo éradique ses démons intimes ; une jeune crypto-gothic oscille entre ombre et lumière. Affolé, honteux ou prêt à se battre, chaque être humain se retrouve brutalement à l’aplomb de son propre abîme. 18 jours seulement… avant l’Apocalypse !

>Lire la préface du philosophe Yves Paccalet

>Lire le premier chapitre >Interview dans Fantastinet

> Interview Mythologica

Sortie fin février 2010

400 pages / Prix Interkeltia 16,50 € TTC

     
OKSANAStar du X depuis 2005, Oksana a poursuivi des études supérieures en Mathématiques.

Ceinture noire de judo à 15 ans, elle se passionne pour les arts martiaux, la cosmologie

et la civilisation égyptienne.

GIL PROU

Ancien dirigeant de la FNAC et licencié en Egyptologie, Gil Prou est féru de philosophie

néoplatonicienne et de poésie, tout en étant amateur de Dark Metal.

Katharsis est leur second livre après « Cathédrales de brume » chez Rivière Blanche :

lien Rivière Blanche : http://www.riviereblanche.com/cathedrales.htm 

Bande son de « Cathédrales de brume » par le groupe Dawn & Dusk Entwined : www.myspace.com/cathedralesdebrume

En savoir plus / En savoir encore plus / site officiel : www.oksanaetgil.wordpress.com

_________________________________________________________

 
oksana prou gil