Interview Oksana et Gil pour Mediapart

Image

Interview par Yannick Comenge et Hélène Loublier

 

Bonjour Oksana, Bonjour Gil,

Quatre mains pour écrire des livres et décrire des univers. C’est rare et cela marche bien. Quel est votre dernier ouvrage et quel en sont les premiers ressorts de l’intrigue ?

Oksana et Gil. Notre dernier livre est un essai : « Les métamorphoses d’Eros » paru aux Editions de La Hutte en novembre 2011. Les deux prochains romans seront publiés en 2013. Le premier : « Tomyris et le labyrinthe de cristal » est un récit d’heroïc fantasy historique. L’intrigue se déroule en 529 av J .C. Elle met en lumière la résistance de la reine Tomyris et de son peuple : les Massagètes, face aux désirs d’hégémonie de Cyrus le Grand et des troupes Perses. Une atmosphère fantastique relaie progressivement la sauvagerie de l’histoire décrite par Hérodote. La fin est totalement onirique. Le second roman : « Zalmoxis » est le premier volet d’une trilogie. C’est un pur récit de science-fiction qui mêle les destinées des survivants de l’humanité après le cataclysmique « hiver volcanique » qui a progressivement pétrifié la Terre et notre civilisation sous des monceaux de glaces. Profondément enfouis dans l’écorce terrestre, ou vivant au large de Jupiter en symbiose avec plusieurs civilisations extraterrestres, nos lointains descendants sont condamnés à vivre ensemble face à la menace d’invasion des redoutables occupants de la Galaxie noire.

Pour vous, quel est in fine la motivation de cet œuvre que vous créez à deux ? Quels sont vos modes d’écriture… et d’inspirations ?

Oksana. Ce qui caractérise notre duo est le mélange d’univers différents. Dans notre société, tout est devenu lisse, codé, structuré. Nous avons la volonté de casser les clichés et de surprendre. Notre essai : « Les Métamorphoses d’Eros » reprend d’ailleurs cette idée de complémentarité et de créativité que nous traduisons ainsi : remplacer le principe de domination par celui d’association. La motivation qui nous conduit à écrire c’est la vie et sa complexité : les rapports humains, l’amour, l’altruisme, l’imaginaire et le réel… Par ailleurs, nous utilisons beaucoup les médias, documentaires et journaux télévisés qui nous permettent d’enrichir nos réflexions. On apprend beaucoup de l’observation des peuples, des cultures et de leurs différences qui, pour nous, est source de diversités et non de conflits potentiels.

Gil. Ecrire à deux alimente d’infinies richesses car chaque idée est passée au crible de nos imaginations respectives. Notre objectif est simple : chaque synthèse doit être positive et chaque divergence d’approche (car cela nous arrive souvent…) doit être féconde d’idées et de péripéties nouvelles. Travaillant ainsi, nos différences nous enrichissent vraiment et nous incluons régulièrement deux univers différents en un seul. Nous élaborons d’abord une trame commune, puis chacun travaille de son côté. Les éléments spécifiquement humains sont le plus souvent sous la responsabilité d’Oksana et les éléments matériels m’incombent. Mais nous inversons régulièrement les rôles ! Notre inspiration se situe ainsi à la confluence de tous nos centres d’intérêts : cosmologie, observation de la Nature, histoire des civilisations antiques. Dans nos vies, comme dans nos récits, nous nous efforçons d’expérimenter tout ce qui diversifie et enrichie l’existence. On peut trouver de la magie et du beau en chaque chose. Il suffit de bien regarder et d’y mettre un peu du sien.

Vous développez également des valeurs dans votre univers… il y a une véritable histoire dans chacun des ouvrages aussi pensez-vous que cela puisse être adapté ?

Oksana et Gil.

Ces valeurs tournent presque toutes autour d’un élément qui nous semble capital : la curiosité. Savoir s’émerveiller est une qualité qui ennoblit la vie et apporte d’immenses satisfactions. Si nous parvenons à accroître cet appétit de découverte et le réel bonheur qui découle de cette quête permanente chez une partie de nos lecteurs, nous serons totalement satisfaits ! Plusieurs commentateurs ont effectivement précisé que nos deux premiers romans : « Cathédrales de brume » et « Katharsis », se caractérisent par le caractère « cinématographique » de leurs intrigues. Il en sera de même avec « Tomyris et le labyrinthe de cristal » et « Zalmoxis ». Naturellement, ces histoires pourraient être adaptées au cinéma.


Quels sont aujourd’hui vos ambitions d’écriture ? et quel est votre rapport à l’écriture ? Un moyen de sublimer le réel et des aspirations vers le meilleur ? tout simplement un art que vous aimez depuis toujours ?

Oksana. Ce que nous essayons de transmettre à nos lecteurs est une part de rêve mélangée à la réalité. Si les hommes réussissaient à mettre à profit leurs qualités intellectuelles et sensorielles, cela aboutirait à de nombreux progrès dans tous les domaines. Il faudrait peut-être que l’homme commence par croire en lui et être parfois capable de braver les interdits. Outre le plaisir d’écrire, qui est déjà une grande satisfaction en soi, nous espérons séduire notre public et le faire réagir. L’écriture existe depuis toujours. D’une manière ou d’une autre, l’Homme a besoin de partager des idées pour évoluer.

Gil. Notre ambition est de prendre du plaisir en écrivant des histoires où nous glissons, parfois, une partie de nous-mêmes. Si nous parvenons à partager réellement ce plaisir avec nos lecteurs, l’alchimie sera alors totale. Cependant, cette ambition n’a rien d’originale, mais elle nous comble. Pour nous, écrire est un plaisir mêlant différentes facettes distinctes qui s’unissent. Le fantastique et la science-fiction s’efforcent fréquemment de sublimer le réel en oubliant passagèrement la lie du quotidien. Dans notre cas, inventer des histoires, propulser des personnages au sein d’univers baroques et tenter de dire l’indicible, est tout simplement une satisfaction intense, presque une volupté. Et c’est déjà beaucoup…

Les lecteurs peuvent ils vous retrouver pour des séances prochaines de dédicace ou de lecture dans des cafés littéraires ou autres ?

Oksana. La prochaine séance aura lieu à Lille en librairie avec peut-être une présentation à l’université dans un amphithéâtre.

Interview d’Oksana et Gil réalisée par Yannick Comenge et Hélène Loublier

Lien : http://blogs.mediapart.fr/blog/yannick-comenge/280812/interview-doksana-et-gil-pour-les-metamorphoses-deros

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s