Katharsis : la préface d’Yves Paccalet (« La vengeance de la Terre »)

 

Commençons notre voyage au sein des secrets de Katharsis par la préface que le philosophe et naturaliste Yves Paccalet a rédigée pour notre thriller.

Le titre de cette préface est explicite : « La vengeance de la Terre » !

L’intrigue de « Katharsis » se situe effectivement au cœur d’une vengeance terrible : celle d’une planète torturée, dévastée ; et qui se venge enfin…

L’outil de cette vengeance est symbolisé ici par la plus effroyable menace naturelle susceptible d’anéantir l’humanité : l’éruption cataclysmique d’un supervolcan !

Ecoutons Yves Paccalet : « À l’exception de ceux qui y vivent, de quelques touristes et de rares concurrents de « Questions pour un champion », nul ne connaît le lac Toba. Il occupe le centre de l’île indonésienne de Sumatra. Il est immense : environ 100 kilomètres de longueur sur 30 de largeur. C’est la caldeira, le vaste « chaudron », aujourd’hui rempli d’eau (on y trouve même une île dans l’île nommée Samosir), d’un volcan dont l’éruption désastreuse et formidable, dix mille fois plus puissante que celle du mont Saint-Helens aux États-Unis, ne fut pas loin d’anéantir l’espèce humaine il y a de cela 75 000 ans. Le prodigieux nuage de poussière envoyé dans la stratosphère par ce cataclysme se déploya autour de la Terre et fit un voile à la lumière du Soleil. Plusieurs années d’intense refroidissement climatique en furent la conséquence, tandis que s’abattaient des déluges de pluies acides qui stérilisaient la terre et la mer.

Notre espèce (oui : nous, les Homo sapiens, les « hommes sages » comme nous nous baptisons avec une vanité délicieuse et délirante à la fois) en était à mi-parcours. Elle avait commencé son aventure en Afrique orientale, il y a environ 150 000 ans. Et c’est ainsi, dans les catastrophes de son moyen-âge, qu’elle faillit arrêter son parcours… En ce temps-là, la science vous le dit, elle fut réduite à quelques milliers de sujets assoiffés, affamés, terrorisés, incertains du lendemain, souvent même sans espoir, mais qui survécut au déchaînement des éléments, et dont nous sommes, aujourd’hui, tous issus. Tous cousins, tous rescapés des fureurs du Toba de Sumatra…

Nous avons des raisons de penser que l’humanité actuelle est une miraculée. Mais que, lors du prochain cataclysme, elle pourrait figurer au rang des victimes définitives ».

L’intrigue se dévoile progressivement. On peut la résumer ainsi.

D’un côté : une organisation écoterroriste qui organise un chantage sur une période courte -18 jours- avec trois revendications simples (que nous examinerons dans les trois prochains articles) et en utilisant la menace d’une sanction apocalyptique dont les modalités sont progressivement précisées tout au long du thriller.

De l’autre côté : un monstre tapi dans l’écorce terrestre et dont l’éruption pourrait définitivement décimer la civilisation humaine en créant un « hiver volcanique » susceptible de se prolonger pendant plusieurs siècles…

La parole est désormais aux lectrices et lecteurs car, comme le précise Yves Paccalet à la fin de sa préface : « Au lecteur de se jeter dans l’intrigue d’un roman où la caste des méchants se livre à cet ultime chantage : la vie ou la mort de notre genre, sur une Terre qui a nourri plus d’un scélérat, et qui pourrait bien, un jour prochain, ne plus avoir envie d’en porter d’autres ! ».

La « caste des méchants » est bien là !

Nous évoquerons les termes de son chantage planétaire dès le prochain article…

Le texte complet de la préface est accessible ici : http://www.interkeltia.com/Prefaces/prefacekatharsis.htm

Voici le lien vers le blog d’Yves : http://www.yves-paccalet.fr/blog/a-propos/

Oksana & Gil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s