Astronomie et réchauffement climatique

Les variations astronomiques influent sur notre climat

Nous avons déjà examiné au sein de ce blog plusieurs causes du réchauffement climatique. Certaines sont directement liées à l’activité humaine ; d’autres pas.

Il faut évoquer ici l’incidence des phénomènes astronomiques qui -cycliquement- perturbent le climat de notre planète.

Le mot climat vient du grec klima. Son sens précis, inclinaison, peut dérouter en un premier temps. Il s’agit en réalité de l’inclinaison des rayons du Soleil par rapport à la Terre. En fonction de la latitude où nous nous trouvons, cette inclinaison varie selon l’heure et le jour, ces variations rythmant l’enchaînement immuable des saisons. Naturellement ces variations sont infimes à l’équateur et particulièrement marquées en remontant vers les pôles. La chaleur régnant à la surface de notre planète et la présence plus ou moins abondante de l’eau douce sont donc étroitement corrélées à ces rythmes archaïques et à l’intensité de l’ensoleillement.

La Terre est en fait un vaisseau spatial gigantesque fusant dans l’espace tout en suivant un triple mouvement :

–          sa rotation autour du Soleil,

–          le mouvement propre du Soleil au sein de notre galaxie,

–          la rotation de cette dernière sur elle-même en 250 millions d’années.

Or sur ce vaisseau galactique à la sphéricité presque parfaite, nous ne pouvons guère modifier la climatisation. Mais en la déréglant nous mettons nos vies en péril. Le sujet est donc fondamental. On peut même affirmer, sans risquer d’être démenti par l’avenir, que c’est le plus important de tous à l’orée de ce nouveau millénaire. Or, l’acuité du drame qui sommeille encore sera surtout sensible pour nos enfants qui recevront en héritage cet Eden surchauffé.

Pour des raisons astronomiques relativement simples et homogènes, le climat varie très fortement sur une longue période de temps.

Les variations régulières du climat sont liées :

–          à la variation de l’excentricité de l’orbite terrestre, c’est-à-dire la variation de l’ellipse décrite par une planète autour de son étoile tutélaire. Cette variation s’effectue selon un cycle de 100 000 ans,

–          à l’obliquité de l’axe de rotation de la Terre (l’inclinaison de l’équateur par rapport au plan de l’orbite terrestre) qui définit les saisons et varie avec une période stable de 41 000 ans. Cette obliquité varie entre 22 et 25° (23° 27’ actuellement),

–          à la précession climatique (variation de l’axe de rotation de la Terre par rapport à une valeur moyenne) qui conditionne la distance séparant le Soleil et la Terre pour une saison donnée. Cette variation s’organise selon des cycles de 19 000 ans et 23 000 ans.

La combinaison de ces facteurs génère les très importantes variations climatiques -alternance de périodes glaciaires et de périodes interglaciaires- qui affectent notre planète depuis des millions d’années. Or la présence de la vie sur Terre est le fruit d’une juxtaposition de faits essentiels et d’un heureux hasard.

On mettra d’abord en exergue la composition de l’atmosphère (78% d’azote, 21% d’oxygène et 0,9% d’argon) et la présence de grandes quantités d’eau à l’état liquide. Ces deux éléments essentiels permettent la présence et la pérennité de la vie telle que nous la connaissons.

Mais ceci serait insuffisant sans un juste équilibre nous permettant d’éviter de trop grandes fluctuations climatiques. La position appropriée de notre planète autour du Soleil, situé à 150 millions de kilomètres, et les effets parfaitement stabilisants de la rotation de la Lune autorisent un développement régulier et harmonieux de la vie.

Par ailleurs, le rayonnement solaire constitue l’unique source de chaleur de la Terre au niveau de l’atmosphère. Il convient de se rappeler que dans le cosmos, les zones éloignées de toute étoile constituent des déserts stellaires glacés où règne le zéro absolu : -273° Celsius !

Toutefois, et ceci est un point vraiment crucial, seul le rayonnement non réfléchi vers l’espace est converti en chaleur. Ce sont donc l’atmosphère et les nuages qui maintiennent cette chaleur bénéfique, tout en contrôlant le rayonnement infrarouge par lequel la Terre expulse la chaleur excédentaire.

Le climat relativement tempéré de notre planète est donc une machinerie complexe et fragile.

Très fragile… surtout lorsque nous serons 9 milliards d’êtres humains à nous partager des ressources énergétiques et alimentaires aux limites extrêmes de la saturation !

Publicités

Un commentaire sur “Astronomie et réchauffement climatique

  1. le fait que le soleil, soit impliqué dans le réchauffement climatique ne me surprend pas sans être alarmiste voici ce que j’ai trouvé dans la bible, l’apocalypse chapitre 16 qui concerne le soleil qui va augmenter la température sur la terre (écrit il y a plus de 2000 ans) ,
    peut être somme nous tout au début …

    Et le quatrième versa sa coupe sur le soleil ; et il lui fut donné de brûler les hommes par le feu :
    et les hommes furent brûlés par une grande chaleur ; et ils blasphémèrent le nom de Dieu qui a pouvoir sur ces plaies, et ils ne se repentirent pas pour lui donner gloire.

    Le fait que les hommes polluerons et détruirons la terre dans la fin des temps est aussi mentionné dans ce livre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s