Chronique de « Cathédrales de brume » sur le site mythologica.net

 

Un roman de science-fiction écrit par une star du porno français et un ancien directeur de la FNAC vient forcément titiller l’intérêt du lecteur que je suis, surtout quand une telle promo sur Facebook est faite. C’est donc avec un regard le plus neutre possible que j’ai commencé à lire Cathédrales de Brume.

Je pensais que le quatrième de couverture et l’illustration m’avaient donné une idée assez réaliste de ce que j’allais trouver dans ces pages. Eh bien je ne n’avais qu’à moitié raison… Je m’en vais de ce pas vous expliquer pourquoi.

Voici tout d’abord le quatrième de couverture pour vous mettre en bouche avant d’attaquer les choses sérieuses :

« Pétrifié au sein d’un sarcophage de cristal dérivant dans l’espace extragalactique, un naufragé est condamné à poursuivre une hallucinante odyssée pendant plusieurs millions d’années. Sans bouger. Et sans pouvoir mettre fin à ses jours…

Amaranth Heliaktor a pour seule compagne une sentinelle électronique qui l’aide à façonner les mondes virtuels qui lui servent d’exutoire. S’immergeant au sein d’un univers personnel qui se juxtapose à l’âpreté d’une réalité affolante, il émerveille ses sensations, son corps ; son âme. Au contact de la beauté absolue il fait des rencontres émouvantes, hallucinantes et sensuelles.

Puis il se damne avant d’accomplir l’ultime métamorphose.

Confronté à l’indicible, il se réfugie dans ces architectures oniriques qu’il nomme affectueusement… ses cathédrales de brume ! »

Voilà qui devrait vous mettre en jambe pour la suite. Enfin en jambes pas forcément. En effet l’action n’est pas l’élément primordial de ce roman qui tient bien souvent du contemplatif et de la philosophie. Est-ce pour autant un mal ?

Je répondrais non car cela change de ne pas avoir un roman de science-fiction où les vaisseaux se tirent dessus à tout bout de champ, où les guerres entre races sont légion… Nous avons ici affaire à une science-fiction beaucoup plus feutrée qui se place bien loin de la fureur du space opera.

Le véritable intérêt de ce roman se situe dans toute la poésie qui se dégage de l’écriture des deux auteurs. On sent réellement que l’éditeur s’est fait plaisir en publiant ce livre et cet enthousiasme en deviendrait presque communicatif. Le style d’écriture n’est toutefois pas dépourvu de lourdeurs qui font sentir le fait que Cathédrales de Brume est un premier roman. Parfois certaines phrases trop longues font perdre au lecteur le fil de la pensée et cela nuit par endroit à la cohérence de l’histoire dans l’esprit de l’auteur. De même l’ajout de notes de bas de page pour certains concepts un peu ardus n’aurait pas été du luxe.

Toutefois l’ensemble reste parfaitement cohérent et on se voit assez rapidement emporté dans ce long voyage interstellaire au fil des 490 pages du roman.

L’histoire en elle-même pourrait par moment servir presque uniquement de justification à de plus amples réflexions mais en réalité lorsque l’on progresse dans la lecture on rend compte que le scénario a également plus que son intérêt. Une ambiance feutrée, celle d’un petit vaisseau filant dans l’espace intersidéral, propice à de longues pensées sur le passé et le devenir de l’humain, mais aussi multitude d’autres sujets.

A mon sens Cathédrale de Brumes ne sera pas le roman de l’année en termes de ventes. Trop confidentielles pour être réellement appréciées à leur juste valeur les digressions des auteurs lasseront probablement un certain nombre de lecteurs mais la poésie environnant les Cathédrales de Brumes d’Amaranth Heliaktor parvient à réconcilier le lecteur. En effet les amateurs de philosophie science-fictionnelle trouveront leur compte tandis que ceux qui aiment les textes au style choisi seront ravis.

Concernant ce roman je ne rejoins pas certains des avis qu’il m’a été donné de lire sur la Toile : Cathédrales de Brume est un excellent roman il suffit simplement qu’il trouve le bon lectorat et au vu de la production générale cela lui sera assez difficile car des textes aussi fouillés ont assez peu leur place.

Malheureusement…

Deuskin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s